La buvette du Groom

Comme je vous le disais dans cet article sur les joies de préparer un mariage à deux, le Groom avait UNE chose qui lui tenait à coeur, son truc à lui : il ne voulait pas de vin d’honneur, il voulait… une buvette.

A ce stade, vous vous pensez que les seules différences entre la buvette et le vin d’honneur c’est que l’un est servi par des serveurs en costume dans les flûtes et l’autre par Roger-la-troisième-mi-temps et sa femme Jocelyne dans des gobelets en plastique. Détrompez vous. La différence que faisait le Groom entre vin d’honneur et buvette c’est que pour lui, vin d’honneur = invités en grappes autour du buffet, debout avec mal aux pieds, en train d’échanger des considérations philosophiques sur le temps qu’il fait ; alors que buvette = invités qui s’amusent, qui viennent  se ravitailler de temps en temps mais qui s’égaillent un peu partout.

Car si il y a une chose sur laquelle nous étions d’accord c’est que nous avions envie de passer tout l’après midi avec nos invités et que surtout, surtout, personne ne parte de là en se disant « les mariages, ça craint toujours, on s’emm… »

Le principe c’était donc mariage tôt et après midi détente avec pétanque, jeux en bois, photobooth, et jeux de société (dits « jeux d’ambiance », pas du monopoly !) animés par ses copains dont c’est le deuxième métier, et même pêche pour ceux qui voulaient (en l’occurrence mon beau-frère).

Pour en revenir à la buvette,  la différence fondamentale avec le vin d’honneur, et ce à quoi tenait absolument le Groom c’est que 1) la buvette soit ouverte tout l’après midi et 2) que les gens se servent tout seuls. (et 3) qu’ils ne restent pas en grappe autour, j’ai un moment cru que j’allais devoir les chasser si jamais ils restaient autour tellement le Groom en faisait une obsession).

Il s’agissait donc d’avoir une sorte de point de ravitaillement.

Et le Groom avait également une idée EXTREMEMENT précise de ce à qui devait ressembler SA buvette : des planches sur des tonneaux en bois, des gâteaux fait maison servis en tranche sur des assiettes en bois, des serviettes à carreau, bref, du rustique. Mirâculeusement, les propriétaires du gîtes où nous avons festoyé avaient des tonneaux et des planches et nous ont préparé une super buvette exactement comme l’avait imaginée le Groom. J’ai eu le droit d’ajouter des fanions, 4 bonbonnières pour un mini bar à bonbons, des bouteilles de sirop pour un mini bar à sirop et même (mais j’ai dû batailler !) d’avoir des petîts gâteaux individuels et pas seulement des tranches de gros gâteaux (la cupcake mania était passée par moi).

Vous voulez que je vous dise ? cette buvette était tout simplement géniale, elle était un mélange parfait de ce que je voulais et de ce dont il avait envie (enfin, j’espère, parce qu’on est assez loin d’Astérix, faut reconnaître…), elle était tellement plus nous que ces fantasmes rustic-chics que j’avais pu avoir en me laissant influencer par les trop belles photos des blogs américains !

Allez, je vous montre.

Service par la mariée !

 

Mes petits détails : bassine en zinc, gâteaux (MERCI maman !), mini bar à bonbons et à sirop , étiquettes.

Lampions trouvés chez Casa et Truffaut (été 2010), fanion home made avec ficelle en lin + tissu , bonbonnières louées au marchand de bonbon de la galerie commerciale, bassine trouvée dans une brocante, gobelets recyclables et couverts en bois ecolomique.com, gâteaux by ma maman, serviettes en papier à carreau Casa, décoration en blé maison, pancarte en bois avec planche récupérées sur un trottoir parisien et pochoir home made (police Stencil taille 200, si vous voulez acheter un pochoir alphabet en métal, il y en a en différentes tailles chez Botanique éditions)

*Article précédemment publié le 13 avril 2011*

Mariage en Provence, Emmanuelle & Christophe

Direction la Provence aujourd’hui ! Les oliviers, les cigales, les soirées dehors sous les étoiles, les fontaines au milieu des places de village, la douceur du soir et la chaleur du jour … Le rêve ! Emmanuelle et Christophe ont organisé un mariage qui leur ressemble et qui ressemble à leur région, tout en nature et en simplicité. Du lin, du blanc, du bois,des couleurs et des matières simple et brutes, des lumières et un mariage chez soi, parce que c’est encore là qu’on est le plus soi même et qu’on aime recevoir ses amis…

Gros coup de coeur pour ce mariage comme je les aime, plein de détails et pour autant tout en simplicité, photographié par Rémi Dupac, d’Une vie en provence, un photographe à ranger soigneusement dans votre carnet d’adresses.

« Ce que nous souhaitions avant tout, c’est un mariage qui nous ressemble. Rien de tape-à-l’oeil, sans chichis ni prise de tête, juste quelque chose de simple et raffiné à la fois, dans l’esprit campagne chic. Exit la robe meringue et les froufrous, exit le costume et la cravate! Juste du lin. Ma seule petite folie a été de craquer pour de la dentelle de calais (une pure merveille). 

[Crédits photo © Photos Rémi Dupac - www.unevieenprovence.com]


Tout s’est passé comme dans un rêve, un temps splendide, des invités ravis, des mariés radieux et heureux, et au delà de tout, le bonheur partagé de voir tous nos proches réunis autour de nous.
Bien sûr, il y a toujours au dernier moment les 2 ou 3 petits grains de sable qui viennent vous « enquiquiner », mais vous vous apercevez plus tard que ce ne sont que des détails finalement, et que vous êtes la seule à les avoir vu (ou presque…).

Nous avons accordé beaucoup d’importance à tous ces petits détails qui font la différence (escort cards, arbre à messages avec photos de famille, soliflores en simples bouteilles de verre récupérées,photobooth,  vieille valise servant d’urne, tableau rassemblant des photos de tous nos invités enfants… ) et en fervente adepte du DIY, j’ai réalisé moi-même la totalité de la décoration ( merci internet, merci les blogs, merci mon imprimante adorée!). Nous avons fait la part belle aux produits régionaux (huile d’olive, calissons, savons artisanaux etc…) et aux matières naturelles (le bois, le lin , le papier, le coton, la ficelle, le rotin). Nous avions de plus choisi d’organiser toute la fête chez nous, dans le jardin ( pari audacieux et un peu fou mais Ô combien motivant ), ce qui je crois a donné ce petit supplément d’âme à cette journée inoubliable.


Il nous reste aujourd’hui de délicieux souvenirs et de merveilleuses images, grâce au superbe travail de Rémi ( Rémi Dupac photographe, www.unevieenprovence.com); comme pour tout le reste, nous désirions que nos photos reflètent notre personnalité et notre complicité, juste nous, nos familles et nos amis, naturels, comme nous sommes dans la vie. Pas de photos posées, des images prises sur le vif. Il a parfaitement su capter ces instants uniques et mettre en valeur l’amour, l’amitié, la tendresse, la joie que nous avons tous ressentis ce jour-là.

Un très grand merci à Emmanuelle et Christophe d’avoir partagé leur mariage avec nous, tous mes voeux de bonheur à vous deux.

Merci également  à Rémi Dupac d’ Une vie en Provence d’avoir choisi  The bride next door pour faire découvrir son travail.

« Passionné par le photographie depuis le plus jeune âge, j’ai osé « franchir le pas » et en faire mon métier après des études supérieurs axées sur la conception multimédia (photo, vidéo, web).

Basé depuis quelques années en Provence, je me suis naturellement spécialisé dans la photographie évènementielle, et la photo de famille lifestyle. Je donne également des cours sous forme de stage photo.

J’effectue chaque année de nombreux reportages photo de mariage, c’est une activité que j’affectionne particulièrement photographiquement parlant, car elle concentre un grand nombre de situations variées dans un temps restreint (intérieurs, extérieurs, portraits, reportage, lumières difficiles, photos de soirée ; flash, etc…) , c’est un bon exercice technique (et parfois sportif !) pour le photographe.

Cette activité me permet également de rencontrer énormément de gens différents, de développer une relation de confiance privilégiée qui est devenue rare dans le monde du travail actuel.

Elle est indispensable pour fixer ces instants uniques le plus fidèlement possible, pour créer ces souvenirs de famille qui seront consultés de nombreuses années après le Jour J. »

Ce moment dont je me souviendrai toute ma vie… #1

Les idées de rubriques arrivent parfois sans crier gare, une illumination soudaine, une envie de nouveau partage se fraie un chemin dans notre cerveau au détour d’une conversation ou de l’écriture d’un article. La rubrique voyage de noces par exemple est née de la conversation avec une future mariée qui ne savait pas où aller et qui m’avait posé plein de questions sur notre voyage en noce en Afrique du Sud.

La rubrique que nous inaugurons aujourd’hui est née au détour de l’écriture d’un autre article. La patience n’étant pas vraiment une seconde nature chez moi il m’a fallu environ 5 mn entre le moment où l’idée à germé et celle où je l’ai partagée sur facebook pour pourvoir trouver des témoignages. Magie du net, 5 mn plus tard j’avais mon premier témoignage.

Alors donc quelle est cette nouvelle rubrique ? Et bien c’est une mini rubrique que j’ai pour le moment appelée « le moment dont je me souviendrai toute ma vie ». Que ce soit pendant les préparatifs, le jour J, le lendemain, pendant votre voyage de noces ou même lors de la demande, l’idée est de partager avec nous un moment de grâce, un souvenir merveilleux, un instant unique lié à votre mariage, de nous raconter ce moment en l’illustrant d’une jolie photo. J’avais envie de mettre en lumière ces instants précieux, qui ne sont pas forcément ceux auxquels on s’attendait, ceux qu’on garde en mémoire et qui éclairent nos journées longtemps après.

On commence en douceur aujourd’hui avec Emilie, la jeune épouse de Jérémy, des P’tits papiers gourmands (une excellente adresse à visiter d’urgence) qui nous parle de ce moment où…

Photo  Ludivine Fleury - Voile So Helo

Un des moments fort de mon mariage (le 27 octobre 2012), un moment très personnel, celui où l’on a déposé mon voile sur ma tête, beaucoup beaucoup d’émotions à ce moment là des préparatifs.
 
Pour la petite histoire, j’avais beaucoup de mal à m’imaginer en mariée (manque de confiance en moi & tout le tralala …), même les différents essayages de ma robe que je trouve pourtant magnifique ne m’avait pas convaincu. Jusqu’à ce que je tombe sur la photo d’un voile de la collection de So Hélo …. et là le charme a opéré, et si j’osais mettre ce voile, que je rêve secrètement de porter depuis que je suis petite fille (moi qui pourtant racontait partout que jamais je ne me marierai)…
 
Et le jour J ce fut magique, j’ai réalisé en l’enfilant que j’allais bel et bien me marier, que je me trouvais jolie en mariée, il m’a donné confiance en moi toute cette journée…alors quand je vois cette photo réalisée par notre photographe Ludivine Fleury, je ne peux m’empêcher de repenser avec émotion à cette journée, à notre histoire d’amour, à mon enfance et à ma vie de femme & de maman maintenant épanouie :)
 
Un grand merci à Emilie d’avoir partagé ce joli moment avec nous et de nous avoir montré que  l’émotion et le merveilleux se cache parfois là où on ne l’attend pas. Beaucoup de bonheur à vous deux.
 
 
Cette rubrique est aussi faite pour se souvenir qu’au delà de la décoration du mariage, de la robe de mariée et de toute l’organisation du mariage, ce qui reste ancré dans votre mémoire, ce n’est jamais la couleur des serviettes ou le manque de housses de chaises…
 
Et vous ? vous êtes déjà marié(e) ? quel est le moment dont vous vous souviendrez toute votre vie ? Vous venez nous raconter ? N’hésitez pas à m’écrire : thebridenextdoor (a) gmail.com !
Et si vous êtes un homme, vous êtes le bienvenue aussi ! Mesdames, envoyez moi vos maris !

Voyage de noces, destination les Seychelles !

Si je vous dis voyage de noces aux Seychelles, vous me répondez ? eau turquoise, sable blanc, rocher gris, plages de rêves et hôtels de luxe ? Et bien vous avez raison !
Mais les Seychelles c’est aussi du snorkelling, des randonnées, de la bonne cuisine, des gens accueillants et guesthouses.

Madame Charlie, (vous la connaissez ? c’est une chroniqueuse chez Mademoiselle Dentelle !) et Monsieur Charlie ont passé leur voyage de noces aux Seychelles, qu’ils ont organisé eux même, sans passer par une agence de voyage (c’est sûrement un peu idiot mais ça m’a surprise ! Allez savoir pourquoi j’imaginais que c’était le genre de destination où on partait toujours avec une agence ou au moins avec une package tout fait)

Mademoiselle Charlie nous raconte donc leur périple de jeunes mariés et nous donne toutes les infos utiles pour y aller, ainsi que ses bonnes adresses et ses bons plans !

blog mariage

Nous voulions une destination qui soit nouvelle pour tous les 2, et pour notre voyage de noces, même si c’est cliché, nous avions quand même bien envie d’un petit paradis au soleil – d’autant plus que Charly n’était jamais parti dans les îles !

Nous avons choisi les Seychelles pour les paysages de carte postale : leurs magnifiques plages bordées de blocs de granit, et le fait de pouvoir voyager d’île en île. Le temps de transport nous convenait bien aussi, moins long que Tahiti par exemple (ce qui m’effrayait un peu à vrai dire !). Enfin nous avions établi un petit programme d’activités, car on ne voulait pas non plus passer 15 jours sur notre serviette de plage !

 

*Le voyage*

Nous nous sommes mariés le 23 juin et nous sommes partis fin septembre-début octobre aux Seychelles pour 15 jours (13 nuits plus exactement, avec les 2 vols de nuit).

L’archipel se situe dans l’océan indien et se compose de 115 îles ; l’idéal est de visiter les 3 îles principales : Mahé (où se trouve Victoria, la capitale), Praslin et La Digue.

Nous avons nous-mêmes concocté notre voyage, en cherchant les tarifs les plus intéressants sur internet (Go voyages pour les billets d’avion, Lastminute, Kayak et Agoda pour les hôtels). La témoin de Charly nous a fait un magnifique cadeau en nous faisant profiter de tarifs intéressants chez Hilton car elle y a travaillé – la cerise sur le gâteau !

Nous avons fait plusieurs étapes : 3 nuits dans le nord de Mahé, 2 nuits à Silhouette, une île-hôtel, 3 nuits à Praslin, 2 nuits à La Digue et enfin retour à Mahé pour 3 nuits, cette fois dans le sud de l’île.

Nous avons donc alterné entre hôtels de luxe (Hilton Northolme à Mahé Nord, Hilton Labriz à Silhouette et Kempinski dans le sud de Mahé), moyenne gamme (Berjaya Anse Volbert à Praslin) et guest house à La Digue (Les chalets d’Anse Réunion).

Dans le nord de Mahé, nous avons profité de la magnifique baie de Beauvallon (notre chambre avait vue sur la baie). Nous sommes aussi allés à Victoria, la capitale ; on en fait rapidement le tour, la ville est très petite. Nous sommes un peu restés sur notre faim : en dehors du temple hindou et de Little Big Ben, il n’y a pas énormément de choses à voir ou visiter. Mieux vaut consacrer son temps à se balader sur la côte ou dans le morne seychellois, qui culmine à 1000 mètres. Il est possible d’y faire des randonnées avec guide, mais avec la chaleur il faut quand même avoir une bonne condition physique ! Côté rando, nous nous sommes donc contentés d’une balade à Anse Major, accessible uniquement à pied. Quelle récompense à l’arrivée ! plage paradisiaque, quasi déserte et un merveilleux coin pour le snorkeling. Les Seychelles possèdent une faune sous-marine incroyable et sont d’ailleurs très réputées pour la plongée sous-marine.

Nous avons ensuite passé un week end à Silhouette, une île que l’on aperçoit depuis Beauvallon et qui porte bien son nom car elle ressemble à une forteresse. Le seul hôtel de l’île est le Hilton Labriz. Le transfert en bateau dure environ 45 minutes depuis la jetée de Bel Ombre. Luxe, calme et volupté, voilà le programme ! Nous avons eu la chance d’être surclassés en bungalow avec accès direct à la plage.

Puis en route pour Praslin, 2e plus grande île de l’archipel : retour en bateau jusqu’à Mahé, puis direction l’aéroport où nous attendait un tout petit avion. Temps de vol pour Praslin : 15 minutes, mais quelle vue sur les îles ! Notre hôtel se trouvait à Anse Volbert sur la côte Nord, une des plages les plus touristiques de l’île. A Praslin, nous avons visité la Vallée de Mai, classée au patrimoine mondial de l’Unesco, et le seul endroit où l’on trouve la vedette des Seychelles, j’ai nommé le coco fesse ! Il s’agit en fait de la graine du coco de mer, une espèce de palmier endémique des Seychelles. Nous avons également passé une après-midi à Anse Lazio, tout simplement l’une des plus belles plages du monde !

A Anse Volbert, nous avons fait notre baptême de plongée ; le site de l’îlot Saint Pierre est parfait pour les débutants. Nous sommes descendus à 10 mètres, avec l’impression de nager dans un aquarium : poissons de toutes les couleurs, c’est magique ! Nous avons même vu un petit requin et une raie.

Notre périple s’en ensuite poursuivi en bateau jusqu’à La Digue, la 3e île et sans doute pas la moins belle ! Nous étions logés dans un chalet loué par des locaux, aux petits soins avec nous. Ils nous ont loué des vélos pour faire le tour de l’île et trouvé quelqu’un pour faire une sortie snorkeling à l’ilôt Coco et à Félicité. Encore un moment magique dans l’eau où nous avons pu voir une petite tortue !

Nous avons fait aussi une excursion jusqu’à Anse Cocos. A cette période de l’année la côte sud est sous les alizés : baignade peu conseillée vu la taille des rouleaux, mais le spectacle vaut largement la balade. Enfin nous sommes allés à l’Union Estate, une sorte de réserve où l’on trouve les restes d’une ancienne plantation, et l’une des plages réputées comme l’une des plus belles des Seychelles, Anse Source d’Argent.

Et enfin, pour les 3 derniers jours de notre voyage, nous avons retrouvé Mahé, mais cette fois pour visiter la partie sud, où se trouvent là aussi des plages de carte postale, dont Anse Intendance et Anse Takamaka. Nous avons visité le jardin du Roi à Anse Major, un domaine où l’on peut découvrir une multitude de variétés d’arbres, de plantes et d’épices, et la Plaine Saint André, la seule distillerie de rhum de l’île qui produit le rhum Takamaka, très connu aux Seychelles mais sans doute pas aussi consommé que la Seybrew, la bière locale !

*Le budget*

Environ 6000€ pour 2 ; les billets d’avion nous ont coûté 1600€. Nous nous sommes fait plaisir sur les hébergements, on peut trouver pour moins cher, notamment en regardant du côté des guest houses comme celle que nous avons eue à La Digue.

Pour être plus libres de nos mouvements, nous avions loué une voiture à Mahé et Praslin (on roule à gauche là bas, mais avec les automatiques c’est un peu plus facile !). Sans voiture, c’est plus compliqué : il faut être patient si l’on veut circuler en bus, sans compter que la nuit tombe très vite aux Seychelles (à 19h il fait noir) et que l’éclairage public et les trottoirs sont quasi inexistants ! donc pas facile quand on veut quitter l’hôtel pour aller dîner….

A La Digue, l’île est petite et on ne s’y balade qu’à vélo, il n’y a que quelques voitures autorisées.

*Les formalités*

Pas de visa nécessaire, aucun vaccin obligatoire.

La monnaie est la roupie seychelloise, que l’on ne peut retirer que là bas. Une solution consiste à emporter du liquide en euros, ils sont acceptés sans problème, de même que les cartes bancaires.

Il y a 3 langues officielles aux Seychelles, du fait de leur passé d’ancienne colonie : on y parle français, anglais, et créole.

Temps de vol : Nous avons volé avec la compagnie nationale des Emirats Arabes Unis, Etihad : Paris / Abu Dabi : environ 7h de vol, puis Abu Dabi / Victoria : 4h.

Le décalage horaire avec la France est de 2h.

Le climat est un climat tropical humide, chaud toute l’année, plus humide de novembre à mars – les précipitations sont plus nombreuses de décembre à février. Côté température, pendant notre séjour, nous avons eu entre 25 et 30°.

 

*Ce que nous avons aimé…*

Les Seychellois sont accueillants et n’hésitent pas à venir vers vous pour vous proposer leur aide ou leurs services ! C’est bien sûr le tourisme qui les fait vivre ; mais si vous dites que vous avez réservé à tel endroit, ils n’hésiteront pas à contacter la bonne personne pour vous aider sans contrepartie. Il faut dire qu’ils se connaissent tous un peu !

Bien que la destination soit très touristique, les plages ne sont absolument pas bondées – vous pouvez même être tout seuls sur votre plage ! Et tout a été fait dans le respect de l’environnement : pas de plages bétonnées, hôtels discrets dissimulés dans la végétation, c’est appréciable.

Et le bonus non négligeable : on mange bien aux Seychelles ! on y mange plein de variétés de poissons préparés de différentes manières : grillé, à la créole, en curry,… associés à des légumes du pays et du fruit à pain. Et bien sûr on y trouve toutes sortes de fruits tropicaux !

 

*Ce que nous avons moins aimé…*

La vie est chère aux Seychelles : comme nous étions à l’hôtel, nous avons beaucoup mangé au restaurant, ce qui a représenté une belle somme dans notre budget !

Si vous êtes fêtards, pas de chance ! Il y a très peu de boîtes ou même de bars. Côtés visites, il n’y a quasiment pas de monuments ou de musées ; on vient aux Seychelles pour la nature !

A noter, à Praslin, sur la plage d’Anse Volbert, traînent souvent des rastas qui abordent les touristes pour leur proposer des excursions à Curieuse : déclinez l’offre, arnaque garantie !

*Nos coups de cœur*

Côté restaurants :

Restaurant Marie Antoinette, à Victoria : une case créole où le menu est servi comme des tapas pour vous faire découvrir les spécialités seychelloises

Baobab pizzeria, Beauvallon, Mahé : pour quelques roupies, allez y déguster à la bonne franquette une pizza aux poissons fumés, cuite au feu de bois de cannelle, les pieds dans le sable et vue sur la mer

Les Lauriers, Anse Volbert à Praslin : le patron grille sous vos yeux les produits de sa pêche, dans un très joli décor

Le Lambousir, Union Estate à la Digue : assiette bien garnie de poissons grillés ou cuisinés, les pieds dans le sable

On vous recommande aussi d’aller boire un petit cocktail au bar du Hilton Northolme à Glacis (Mahé), au coucher du soleil, top !

Côté activités :

La randonnée et le snorkeling à Anse Major

Le baptême de plongée à Praslin : nous avions choisi Octopus Diver à Anse Volbert, un centre de plongée tenu par des français : accueil et encadrement irréprochables ! Rassurant quand on débute comme nous

L’excursion en bateau à la Digue, jusqu’à l’ilôt Coco et Félicité, pour une séance de snorkeling

La visite de la vallée de Mai à Praslin

Et bien sûr tous les paysages de carte postale qui rendent ce voyage inoubliable !!

Un grand merci à Madame Charlie pour son témoignage ! Tous mes voeux de bonheur à vous deux !

blog mariage

Si cette destination vous intéresse, vous pouvez également consulter cet autre témoignage Lune de miel aux Seychelles paru sur le blog il y a quasi pile un an (la forme a changé, je crois qu’on y gagne !) avec de jolies photos également.

L’idée du dimanche #56

Un peu de carton, des minis napperons, une jolie écriture et zou, des escort cards élégantes-mais-pas-trop, rustiques-mais-pas-trop. Et pas cher. Et faciles à faire.

Crédit photo Shannon Michele Photography