Photographe (de mariage) : Arno Paul

J’ai découvert le travail d’Arno Paul  comme souvent au hasard d’une ballade virtuelle de site en site.

A priori son travail n’avait pas grand rapport avec le mariage : des portraits, des photos de concert, des projets personnels à l’atmosphère parfois étrange… J’ai aimé sa maîtrise technique, la lumière de ses photos, sa recherche d’une atmosphère, l’impression de » force » que dégagent ses portraits. Quand j’ai vu qu’il avait participé à un workshop cet été avec des photographes de mariage, je me suis dit qu’il devait préparer une entrée dans le petit monde wedding, j’ai donc eu envie de vous le présenter « en avant première », en quelque sorte. J’ai choisi des photos de couple, pour rester dans le thème du blog mais je vous conseille un petit tour sur son site, encliquant par exemple sur les liens ci-dessus.

Arno est installé sur Nancy mais se déplace partout où il y a de jolies photos à prendre !

Qui es tu ? quel est ton parcours ?

J’ai commencé à réellement me mettre à la photographie après l’achat de mon premier réflex numérique en 2006, me permettant de tester et apprendre par moi même, en passant beaucoup de temps à pratiquer, reproduire, parcourir livres et sites internet, dans une grande soif de connaissances aussi bien technique qu’artistique.
J’ai rejoins le webzine Soul-Kitchen, passé du temps dans les fosses de concert, avant de recentrer mon activité sur ma véritable passion : le portrait. J’aime le portrait car il me permet un échange unique avec chaque sujet, une relation si particulière et riche en émotions.
D’autre part, je suis co-fondateur du collectif de photographes [collimateurs] au sein duquel j’ai pu redécouvrir l’argentique, par le biais d’autres photographes passionnés. Attiré par le rendu, les couleurs et le contraste si unique des photographies argentique, j’ai sauté le pas et me suis lancé dans le moyen-format.
Dès lors, la machine s’est emballé et j’ai pu acquérir de nombreux boitiers, et des chambres 4×5″ et 20x25cm (la grosse chambre à soufflet de nos ancêtres, où le photographe se place sous un drap noir pour réaliser ses réglages).
Enfin, mes portraits m’ont permis d’intégrer une agence de photographes.

Comment en es tu arrivé à passer de la photo d’art et de presse aux portraits ?

En fait, je ne suis pas passé de l’un à l’autre. Mon site est régulièrement alimenté en images nouvelles, des portraits d’artistes, des photos destinées à la promo ou la presse, et principalement des projets personnels.
Mon regard et mon travail ont attiré des particuliers, qui m’ont alors contacté.
Chaque rencontre et chaque séance photo sont très enrichissantes, et j’ai trouvé logique d’offrir mes services à tout ceux qui apprécient mon approche.
La photographie de particuliers bénéficie ainsi de l’expérience de la photographie de presse, et vice versa.

Ton plus gros défaut ? ta plus grande qualité ?Côté défaut : perfectionniste ? C’est une réponse clichée, je sais, et néanmoins parfaitement adaptée à mon tempérament.
Côté qualité : ma nature calme et méticuleuse, avec une très forte envie de comprendre, maîtriser mes appareils, et obtenir la photographie désirée.

Dans la vie tu aimes… et tu déteste … ?
J’aime remplir ma vie de moments de bonheur avec ma famille et mon activité de photographe.
Je déteste donc tous ce qui va à l’encontre de ce bonheur…

Merci Arno !