Métal Flaque, ma parenthèse luxe de la semaine

Je vais faire ma happy few 2 minutes si vous voulez bien. (si vous ne voulez pas, rendez vous directement paragraphe 4).

Quand j’ai commencé ce blog il y a quelques mois, je pensais que la consécration totale serait lorsqu’il serait suffisamment connu pour que je sois sur la liste des gens qu’on invite à voir des collections de robes de mariées. J’avais vu des articles de célèbres blogueuses qui s’étaient rendue chez Métal Flaque et pour moi, c’était là le summum de la reconnaissance blogesque.

Donc, forcément, quand j’ai reçu un mail de chez eux pour venir à leur petit déjeuner de présentation de la nouvelle formule du magasin, j’ai poussé des petits cris de souris sous ecstasy (« gniiii ! gniiii ! gniiiii ! » ça fait).

En quoi consiste donc la nouvelle formule de la seule boutique parisienne qui vend des marques comme Véra Wang ou Monique Lhuillier ? Désormais exit les robes de soirée et de cocktail,  tout l’espace est consacré aux robes de mariée, pour faire de la place à des « petits » nouveaux : Valentino, Azzaro, Matthew Williamson, Marchesa, Alberta Ferretti, Reem Acra sont venu rejoindre Caroline Herrera, Monique Lhuillier, Jenny Packham, David Fielden ou Véra Wang.

Si vous me suivez ici, vous avez pu constater que je suis plus souvent à la recherche de bon plans qui vous éviteront d’hypothéquer votre grand mère pour financer votre mariage que du genre à vous montrer des rêves hors de prix. Je pensais évident qu’une boutique fréquentée notamment par des étrangère qui ne viennent à Paris que pour choisir leur robe de mariée à 5 chiffres n’est a priori pas du tout à la portée d’une bride « next door ». Alors histoire de garder un semblant de ligne éditoriale je  commence par la bonne nouvelle pour le porte monnaie, avant de me plonger sans aucun scrupules et avec délectation dans le total luxe : Métal Flaque vend aussi des robes à des prix relativement raisonnables, souvent courtes mais pas toujours, ils distribuent notamment la marque que vous commencez à connaître et dont je vous ai parlé dans cet article sur les robes de mariée Ugo Zaldi et : Ugo Zaldi et deux autres marques de prêt à porter Halston Heritage ou Talbot Runhof (dont je ne vous ai jamais parlé car j’ignorais leur existence jusqu’à ce que je recherche leur nom il y a vingts secondes dans le dossier de presse).

Voilà, ça c’est fait. Mais  ce n’est en général pas pour ça qu’on pousse la porte de métal Flaque : place maintenant, pour une rare fois ici, au plaisir de regarder des merveilles sans se poser de questions.


Le magasin est joli, spacieux, clair, les cabines sont king size, bref un endroit de rêve pour venir essayer (sur rendez vous) entre 3 et 5 robes pendant l’heure que dure l’essayage. A ce propos, si vous avez une expérience dans le luxe (relations avec une clientèle exigente oblige) et que vous êtes passionné(e) de mariage, le magasin recherche son (sa) quatrième vendeur(se), avis aux amateurs(trices) !

La boutique vend aussi des accessoires et des chaussures, qu’on regrette un peu trop classiques, et très prochainement de la lingerie adaptées aux robes de mariées.

Le magasin a beau afficher son slogan « no meringue » en vitrine, force est de constater que parmi les très bonnes ventes figurent plusieurs robes Moniques Lhuillier qui n’ont rien à envier à des blancs en neige battus (qu’on aperçoit dans le fond sur la photo ci-dessus). Mais forcément, avec 80% de futures mariées qui recherchent du volume, du volume et encore du volume, ce serait idiot de ne pas leur en proposer. Mais Lilian Portaire, la cofondatrice de Métal Flaque met un point d’honneur à proposer de tout, pour satisfaire aussi les 20% qui restent et que toutes les mariées puissent trouver chez elles la robe de leurs rêves, volume ou pas, sage ou folle, quitte à proposer des modèles qu’elle risque de ne vendre qu’une seule fois (sans doute à une Russe, qui sont d’après l’expérience de Lilian les futures mariées les plus dingues). Malgré ces 80% d’amatrices de gros volumes, c’est tout de même en majeure partie des robes effectivement no meringue qui sont proposées, notamment de pures merveilles brodées par Reem Accra,  Carolina Herrera qui viennent de faire une entrée fulgurante dans mon dressing de rêve personnel, ou par Oscar de la Renta.

En haut à gauche et en bas à droite : Reem Accra En haut à droite : Oscar de la Renta En bas à gauche Caroline Herrera

Bilan de ma visite : les robes sont sublimes, la boutique est super agréable, autant que je puisse en juger j’ai trouvé que l’ambiance et l’esprit était plutôt simple pour un magasin de luxe, j’en veux pour preuve notamment la possibilité illimitée de faire des photos, pour moi comme pour les mariées qui essayent, ce qui n’est pas le cas partout loin de là. Petit bémol comme dit plus haut sur les accessoires et surtout les chaussures, particulièrement classiques. Et pour finir, bonne surprise, certes certaines robes valent 15.000€ mais il y a aussi des quelques robes dix fois moins chères.

En dehors d’Ugo Zaldi,  et de Jenny Packam dont je vous ai déjà parlé ici, je n’ai jamais montré ce que font les autres couturiers en vente chez Métal Flaque. Je profite de l’occasion de cette visite pour faire une parenthèse luxe sur le blog et vous montrerai très prochainement les couturiers qu’ils proposent.

Bon, Métal Flaque, check. Prochaine étape : qu’on m’invite directement aux défilés…  Reem, Carolina, youhou ! je suis là !!