Courrier des lecteurs : peut on porter un voile à la mairie ?

Chère tata Next Door,

Je me marie à la mairie et non à l’église et j’aimerais savoir si dans les conventions, il est possible de porter  un voile. Mes proches sont partagés : certains affirment que la mariée porte un voile uniquement pour la cérémonie religieuse et d’autres prétendent qu’il est possible de porter un voile pendant la cérémonie à la mairie. Sur internet les avis sont partagés… Je ne sais plus quoi penser… Et j’ai tellement envie de porter le voile de mariée de ma mère, mais je crains de commettre un impair …

Pourrais-tu m’aider à y voir un peu plus clair?

Anouck, qui ne maîtrise pas totalement les traditions du mariage…

-®StudioCabrelli-468 Crédit photo Studio Cabrelli

 Chère Anouck,

Je vais commencer en répondant stricto sensu à ta question  : est-ce que dans les conventions il est possible de porter un voile à la mairie ?  J’ai regardé dans le manuel de savoir vivre de Nadine de Rothschild (Le bonheur de séduire, l’art de réussir, tout un programme) que j’ai acheté spécialement pour répondre à ce type de question car moi perso, j’en sais rien du tout de ce qui se fait ou pas,   et elle indique que  : si le mariage religieux est célébré tout de suite après la mairie, la mariée arrive avec sa grande robe et son voile. Dans le cas contraire, la mariée porte un tailleur de couleur claire, un chapeau et des gants. Il est même précisé que le chapeau est obligatoire. Bigre.

Voilà pour « les conventions ».

Maintenant je vais répondre à une question légèrement différente : est ce que tu peux porter le voile de ta maman à la mairie sans commettre un impair ?

A cette question, j’ai envie de te répondre : à part si tu invites Nadine herself à ton mariage, ne te prends pas trop la tête.

Après notre ami « ça fait pas mariage« , voici le cousin germain « ça ne se fait pas pour un mariage »…

Voilà une future mariée qui meurt d’envie de porter le voile de sa maman pour se marier à son tour, qui n’a aucun doute sur son désir mais qui, par crainte de commettre un impair, se torture l’esprit et se demande si certaines personnes ne vont pas… quoi d’ailleurs ? se sentir offusquée par ce voile qu’elles ne sauraient voir ? Vont trouver à redire ? critiquer ?

Bonne nouvelle Anouck, il n’existe aucune police du mariage qui viendrait flanquer des coups de manuels de savoir vivre aux mariées qui ne respecteraient pas le protocole, Nadine elle-même ne rôde pas autour des mairies le samedi pour jeter des codes civils aux mariées non chapeautées,  aucune loi ne prohibe le port du voile en mairie (sauf s’il est intégral mais c’est un autre débat), donc tu es LIBRE ! fais ce qui te plaît, c’est un si joli symbole de porter le voile de ta maman, pourquoi te priver au nom de je ne sais quel principe, usage, coutume ancestrale?

Peut être es tu d’un milieu très traditionnel (encore que le fait que tu te poses ce type de questions, que tes proches ne soinet pas tous du même avis que Nadine et que tu ne vas pas à l’Eglise me ferait penser que non) mais à moins d’être la cousine germaine de Kate et d’épouser un héritier de la cour d’Angleterre, je pense que raisonnablement tu peux prendre tes distances avec « ce qui se fait » en matière de voile à la mairie.

Qu’on se pose des questions pour savoir ce qui se fait en matière d’invitations, ou tout ce qui peut avoir un rapport avec les invités, ça se comprend, on ne veut pas être impoli involontairement. Mais ton voile, il ne dérange personne et je te promets qu’aucun de tes invités, sachant en plus que c’est le voile de ta maman, ne trouvera à redire. Et si c’est le cas, fais lui manger ton bouquet, j’ai cherché partout, Nadine ne dit rien à ce sujet.

blog mariage Et vous ? voile ? pas voile ? à la mairie ? Avez vous un conseil à donner à Anouck ?

Si vous aussi vous avez une question de quel ordre que ce soit, je vous invite à mécrire à cheretatanextdoor (@) gmail.com avec le sujet de votre question en objet !

 

 

 

Lettre aux futurs mariés… (et à Nicole)

Depuis le début de ce blog, je vous ai montré des mariages différents, j’ai rédigé des articles sur beaucoup de sujets, j’ai présenté des robes de mariée, de la décoration de mariage, des chaussures. Je vous ai montré des mariages au bord de la mer, des mariages dans des châteaux et des manoirs, mais aussi des mariages à la maison ou sous un chapiteau. Je vous ai montré des cérémonies dehors et des cérémonies dedans et parfois pas de cérémonie du tout. Je vous ai aussi montré un mariage avec 2 invités et un  mariage participatif*, lequel a été le plus gros succès de l’histoire du blog en terme de nombre de lecteurs.

Après avoir publié tous ces mariage, après en avoir vu environ 250.000 sur les blogs des autres, après maintenant deux ans et demi à m’intéresser au sujet, ma préparation de mariage incluse, s’il y a bien une chose que j’ai envie de défendre par dessus tout, c’est qu’en matière de mariage la seule règle qui devrait compter c’est de pouvoir se marier COMME ON VEUT. Avec 40.000 euros ou 500, avec 2 invités ou 300, avec une robe Vera Wang ou une robe Zara, ça n’a strictement aucune importance, tant que le mariage correspond aux mariés (et à leur budget).

A la suite de la (re)diffusion de mon article  « Comment se marier avec un tout petit budget« , j’ai été critiquée sur ma page facebook par Nicole (le prénom a été changé comme ils disent dans les journaux), une prestataire de mariage qui m’a accusée de tromper les futurs mariés parce que je leur disais que dépenser + de 10.000 euros pour se marier n’était pas une fatalité. Pour Nicole, impossible d’y couper, un « vrai mariage » coûte forcément cher, c’est comme ça, point barre.

Cette discussion animée m’a interpellée car,  sans doute parce que nos familles sont très compréhensives, parce que nous savons n’en faire à notre tête, parce que nous n’avions plus 25 ans quand nous nous sommes mariés, et parce que je baigne depuis l’ouverture de ce blog dans une certaine liberté vis à vis du mariage (célébrations laïques à l’extérieur, thèmes ludiques, repas informels),  j’avais oublié à quel point pour certaines personnes le mariage est avant tout un évènement social, qui répond à des codes extrêmement précis, auxquel on ne peut pas déroger, sans quoi « ce n’est pas un mariage ».

(oui, cette phrase fait 6 lignes, je vous laisse la relire tranquillement)

Nicole m’a clairement indiqué que ce que je suggérais comme solution dans mon article sur les tous petits budgets (organiser un goûter, faire un pique nique,se marier chez soi, demander aux gens d’apporter à manger etc… ) c’était « une kermesse et pas un mariage ».
Autant vous dire que me faire traiter de kermesse, ça ne m’a pas déplu,  mais j’ai bien compris au ton que ce n’était pas très amical et plutôt méprisant.

La buvette de notre mariage

Cette mésaventure m’a donné envie de m’adresser à tous les futurs mariés qui me lisent (et aux passage à toutes les Nicoles) et les inviter à ne jamais perdre de vue que pour se marier,  il faut  :

– 1 officier d’état civil, deux personnes de sexe opposé (pour le moment) consentantes et deux témoins. Point Barre pour la partie administrative.

– aimer son partenaire (ça me semble mieux) et avoir envie de s’engager avec lui. Point barre pour la partie sentimentale.

N’en déplaise à ceux pour qui il est impossible de ne pas dépenser 15.000€ pour se marier, tout ça me semble parfaitement gratuit. TOUT le reste est au mieux, de l’envie, au pire de la convention, mais en aucun cas une obligation. Ce sont les seuls éléments sur lesquels on n’a pas le choix. tout le reste relève de la liberté de chacun.

Non, pour se marier, il ne FAUT pas inviter toutes ses connaissances et relations et celles de ses parents. Non, pour se marier, il ne FAUT pas un repas assis avec un traiteur et un menu de mariage avec trois plats. Non pour se marier il ne FAUT pas des dragées, une voiture décorée, des housses de chaises, un bouquet à 50€. Il ne FAUT même pas d’alliance ni de robe blanche. Ni verte, ni bleue, d’ailleurs. (En revanche il faut quand même être habillé, la mairie n’accepte pas les nudistes).

Ce que j’ai envie de dire à Nicole et à tous les autres qui pensent comme elle c’est que oui, se marier de façon traditionnelle coûte cher, c’est évident. Mais tout est dans le « de façon tradtionnelle », ce qui n’est PAS une obligation, je persiste et signe.

Cela dit, je ne suis pas complètement naïve et je sais bien que le poids de la tradition, la pression des familles, les rêves de petites filles (et plus rarement de petits garçons), tout cela existe et on est bien souvent obligé de composer avec.

Moi même, j’avoue avoir fait un mariage plus traditionnel que ce que nous avions envisagé au départ : certes nous avons fait une après midi plutôt kermesse (n’en déplaise à Nicole), avec pièce de théâtre, jeux, etc… mais dans la version originale, il n’y avait pas vraiment de repas assis, plutôt un stand grillades, des tables disséminées un peu partout.

Oui, Nicole, cette photo a été prise pendant mon mariage.

Mais je suis revenue à une formule plus classique (au grand désespoir du Groom d’ailleurs). Pourquoi ? parce que je n’ai pas osé tout bousculer. J’envie franchement ceux qui osent le faire et si je me mariais maintenant je pense que j’irai plus facilement jusqu’au bout (ne serait-ce que parce que maintenant que je suis devenue la référence familiale en matière de mariage plus personne n’oserait me prendre pour une dingue, ou plutôt si mais ils n’oseraient rien dire, gniark gniark).
Il est évident que si vous voulez vous marier autrement vous allez essuyer des incompréhensions, voire de la désapprobation de la part de toutes les Nicoles du monde.

Je ne vous pousse pas à vous fâcher avec toute votre famille, non plus. Je vous encourage simplement à faire selon vos moyens pour résister à ceux qui conservent une conception étroite de ce qui se fait et de ce qui ne se fait pas. Essayez de garder à l’esprit  que tout ce qui entoure le mariage n’est qu’une histoire de conventions et que le plus important c’est de vous unir à l’homme ou la femme de votre vie, le reste, c’est de la fioriture. Et cette fioriture, c’est VOUS qui décidez à quoi elle doit ressembler.

Pour en revenir aux basiques, je vous invite à (re)lire l’article Un mariage peut il faire mariage sans robe blanche, sans traiteur et sans pièce montée ? dans lequel j’essayais de repérer les quelques éléments sur lequels appuyer pour faire un mariage sans les codes du genre mais « qui fasse mariage quand même ». Je vous invite aussi à courir voir le joli mariage d’Audrey et Frédéric publié récemment sur Un Beau Jour. Il est la parfaite illustration de ce que je viens d’écrire et je pense que les photos parlent d’elles même : tout le monde semble très heureux et gardera sans un doute un merveilleux souvenir de cette journée, invités comme mariés. Je vous invite aussi à revenir ici demain pour un joli mariage différent.

Je continuerai sur ce blog à vous montrer de beaux mariages bourrés de déco, des mariées en jolies robe chères, photographiées par des photographes professionnels, parce que ça aussi, ce sont des mariage. Mais je continuerai aussi à crier haut et fort que si on veut se marier entre deux témoins sur la plage, photographié par son cousin, on peut le faire aussi, et qu’on sera tout mariés pareil, et je vous montrerai ce type de mariage. Et je vous invite à m’écrire si vous voulez partager votre mariage, quand bien même vous n’auriez pas fait comme tout le monde et SURTOUT si vous n’avez pas fait comme tout le monde.

Allez, sans rancune Nicole.

*pour info / rappel, un mariage participatif est un mariage où les invités apportent eux même de quoi manger, ou participent au mariage en offrant de quoi fabriquer le repas, où toutes les bonnes volontés sont mises à contribution, ce qui a beaucoup choqué Nicole.

blog mariage

Et vous ? comment gérez vous les conventions ? c’est envisageable pour vous un mariage pique nique par exemple ? vous avez du mal à expliquer votre conception du mariage à votre famille ? 

Wedding tips… spécial essayages de robes

Aujourd’hui nous avons rendez-vous avec Marie Laporte, la créatrice dont je vous ai présenté les collections la semaine dernière, que j’ai rencontrée et qui m’a gentiment glissé ses conseils « spécial essayages de robes de mariée »  :

– avant de venir faire un essayage, faites des repérages pour commencer à réfléchir au style que vous souhaitez et ne pas partir de rien. [ TBND J’ajouterais même faites des repérages sur les blogs, les sites, ne vous contentez pas des pubs dans les magazines, qui présentent à 95% des robes bustiers princesse. ]

– ne prévoyez pas un marathon essayage avec 5 RDV ou plus dans la journée. Vous allez vous épuiser, tout mélanger et vous n’arriverez à rien.

– venez avec 3 personnes maximum. Au delà, trop d’avis différents vont vous embrouiller

– venez avec des personnes bienveillantes. Votre copine Sophie, que vous connaissez depuis vos 8 ans et qui vous aime beaucoup mais a tendance à toujours trouver à redire sur vos choix, laissez-la à la maison.

– faites confiance au créateur ou à la vendeuse pour vous conseiller certains modèles, même si ce n’est pas ce que vous aviez imaginé au départ. Rangez vos a priori au placard et laissez vous guider, ils connaissent leur métier et vous pourriez bien être agréablement surprise. [TBND : les mariées qui ne s’imaginaient pas dans leur robe, essayée juste pour voir  sont légions !]

J’ajouterais deux conseils personnels à ceux de Marie :

– ne choisissez pas trop vite, prenez votre temps, sous peine de frustration totale (qui moi ? naaaaan) après coup

– ne vous amusez pas trop à aller essayer des robes totalement hors budget. une fois enfilée la Vera Wang à 5000€, si jamais vous avez le total coup de foudre et ne parvenez plus à vous imaginer dans une autre robe, les relations avec votre banquier risquent de devenir un brin tendues.

blog mariage

J’ai donc eu le plaisir de rencontrer Marie dans sa boutique à Paris, où elle reçoit les futures mariées. Suite à mon article elle m’avait proposé de passer, j’ai donc sauté sur l’occasion de la rencontrer et de voir en vrai ses jolis modèles, parce qu’on n’a jamais trop vu de jolies robes de mariée, non ?

Ses modèles sont aussi beaux en vrai que sur les photos, de la dentelles, des matières magnifiques. Marie est adorable et son grand sourire rassurera les futures mariées peut être intimidées. N’hésitez vraiment pas à pousser la porte de sa boutique (en ayant pris RDV !), vous serez reçue avec une grande gentillesse et bien conseillée.

Crédits photos The bride next door

Il faut que je vous raconte la suite de ma visite… au bout d’un moment de papotage avec Marie, une jeune femme est arrivée pour un essayage. Comme il me restait des photos à faire, je suis restée alors que Marie présentait des modèles à la demoiselle qui se marie en février prochain et qui venait pour la première fois, seule. Pour l’anecdote; je ne sais plus chez quel créateur la jeune femme était allée précédemment mais il avait dû la traumatiser parce qu’elle pensait que  Marie ne voudrait peut être pas raccourcir ses modèles pour elle  qui voulait une robe mi mollets. Marie l’a rassurée sur ce point, elle possède encore malgré son succès assez d’humilité pour accepter de raccourcir une jupe si c’est ce que la mariée souhaite !

Après avoir passé en revue tous les modèles, la sélection a été faite pour des essayages. J’avais fait toutes mes photos. Il fallait que je parte…. Croyez moi ou non, ça m’a carrément coûté de partir. J’avais envie de dire « s’il vous plaît, laissez moi regarder vos essayages ! je veux voir ce que les modèles donnent sur vous, je veux voir si vous êtes émue, si vous vous trouvez belle, imaginer quelle mariée vous serez ! alleeeeez, quoi, sil vous plaîîîîît ?« .

Evidemment, je suis restée digne et quand elle est passée dans la cabine, je suis partie. Mais j’étais à deux doigts de me planquer dans la vitrine.

Je crois que quand je serai vieille et à moitié sénile je rôderai autour des boutiques de robes de mariée et des églises le samedi après-midi avec un voile troué sur la tête et je  serai  connue comme la folle au voile.
Enfin pour le moment, on ne me jette pas encore des dragées et des livres de messe à la tête et les jeunes femmes ne me soupçonnent pas encore de vouloir squatter leurs essayages, heureusement. Ca reste entre nous, hein ?

Merci Marie pour ces conseils et pour l’accueil !

Marie Laporte
7 rue du Dôme
75116 Paris
(Uniquement sur rendez vous)

www.marie-laporte.com
marie.creatrice@gmail.com
Tél: 06 15 46 02 78

Hourra je suis fiancé(e) ! …et maintenant, je fais quoi ?

Félicitations ! Vous êtes fiancée depuis environ 2 heures et, sauf si la demande s’est faite au fin fond de la jungle amazonienne, vous êtes déjà sur internet à la recherche de votre robe. Et encore, si vous n’aviez pas fait de repérages avant. Et si la demande n’a pas été faite à portée de Wi-fi, vous êtes sans doute en train de composer la liste des invités dans votre tête pour tromper l’ennui.

Vrai ou faux ?

Je le savais. Vous allez donc vous marier approximativement dans un an et vous avez devant vous une montagne de choses à faire, qu’il va s’agir de faire dans un ordre intelligent. Et je vous préviens tout de suite, choisir sa robe ne fait pas partie des priorités number one !

Ce qui suit n’est pas un retro planning (j’essaierai de vous en faire un bientôt)  Il s’agit simplement de vous aider à faire les choses dans le bon ordre dans le démarrage de vos préparatifs.

On savoure…et on se tait  !

Si vous êtes ici et que vous n’êtes pas encore fiancée, (si si, je sais qu’il y en a !) il n’est pas trop tard pour ce conseil : taisez-vous !! Ne dites rien pendant quelques jours, le temps de rester dans votre bulle de bonheur, juste en regardant votre amoureux dans les yeux et en l’appelant « mon fiancé » avec un regard de merlan frit et un sourire niais (vécu).

 

On définit ses priorités

Pendant cette phase où vous seuls êtes au courant,  il me semble important de réfléchir avec votre fiancé(e) à vos priorités pour ce mariage.  Il est important de savoir où on va, d’une part pour se mettre d’accord, ce qui peut demander un peu de temps et d’autre part pour ne pas perdre de temps dans ses recherches. Les priorités ne sont pas de l’ordre de « la couleur du mariage ce sera fuchsia »(au hasard), mais plutôt « nous voulons un mariage traditionnel » ou au contraire un mariage informel, la religion est importante ou non, on veut 300 personnes ou 25, etc… C’est important aussi d’avoir discuté à deux pour faire front commun lors de l’étape suivante…

 

On l’annonce à ses proches

Une fois ces quelques jours à l’abri du tumulte savourés, annoncez la bonne nouvelle à vos parents et vos proches. Cris de joie, larmes émues vont durer environ 10 minutes. Et juste après, les phrases vont commencer à se terminer avec des points d’interrogation :  « quand ? où ? qui ? »  ou pire, par des point d’exclamation : « il vous faut un château ! » il faut inviter tous les cousins ! » (oui, les phrases qui se terminent par des points d’exclamation commencent souvent par « il faut »).
Ce sera aussi l’occasion d’exposer votre façon de voir les choses. Un des grands défis des préparatifs, c’est de réussir à imposer ses propres choix, surtout quand les parents paient une partie du mariage, d’où l’intérêt d’avoir réfléchi avant et de vous présenter à vos proches avec des idées bien claires et partagées par vous deux.

 

On définit son budget

Du budget va dépendre énormément de choses : le nombre d’invités, le style du mariage ou le lieu, voire tout ça à la fois. Déterminez un budget raisonnable, sans vous endetter, voyez avec vos parents s’ils souhaitent participer. Il est préférable de fixer votre budget en fonction de vos moyens et d’y adapter vos choix plutôt que de regarder les prix et de vous retrouver avec un montant trop important pour vous.

 

 On fait la liste des invités (en gros)

Nous le verrons plus loin, la salle est la première chose à trouver, il faut donc savoir approximativement combien vous serez, au vin d’honneur et au repas. C’est le moment de consulter vos parents, s’ils sont susceptibles de vouloir inviter leurs amis, à moins que vous leur ayez indiqué au moment de l’annonce que vous souhaitiez un petit comité ou vous marier uniquement entourés de gens que vous connaissez. Il ne s’agit pas de faire la liste à 1 nom ou même 10 noms près mais de savoir si vous cherchez une salle pour 80 ou pour 200 personnes.

 

 On cherche les prestataires importants

Les piliers d’un mariage traditionnel sont : la mairie / l’église, la salle, le traiteur et le DJ, et le photographe si vous souhaitez avoir un professionnel à vos côté. C’est une étape longue et la démarrer un an avant n’est pas de trop dans certaines régions ou si vous n’êtes pas souple, par exemple si vous voulez absolument vous marier à une date précise, ou dans un lieu précis. Dans l’ordre, on réserve en général la salle et la cérémonie, puis les autres prestataires.

 

On arrête une date

Ce sont souvent les disponibilités de la salle qui déterminent la date du mariage. Mais en fonctions de vos priorités – vous pouvez par exemple être très attachés à vous mariez le même jour que vos parents ou le jour de votre rencontre – cette étape pourra être inversée avec la précédente. Une fois la date arrêtée, c’est le moment de prévenir vos invités, de façon informelle ou officiellement en réalisant un save-the-date. Cette tradition américaine est arrivée en France et désormais les mariés rivalisent d’imagination pour recommander à leurs invités de « garder la date » parfois un an avant : vidéos, cartes postales, magnets, papeterie, etc…
Du coup, pas de stress pour envoyer le faire part puisque, théoriquement (je dis bien théoriquement), vos invités ont réservé la date.

 

On commence à s’inspirer

Grâce à l’internet mondial, les sources d’inspiration sont désormais quasi inépuisables : il se crée des blogs mariage tous les jours, Pinterest est votre ami (ou le diable, ça dépend des jours). Il y a de plus en plus de façons de se marier et de styles de mariages : allez vous craquer pour le vintage et chiner votre déco ? êtes vous amateurs de récup et de DIY et la fabriquer vous même ? Avez vous envie de moderne ? de rétro ? d’une ambiance  romantisme ou festive ?  Tous les choix s’offrent à vous, et tous les mariages présentés sur la toile, les carnets d’inspiration, etc… vont vous apporter des idées.

 

On arrête de s’inspirer !

Tous les choix s’offrent à vous… c’est à la fois une grande liberté mais aussi un puit sans fin d’idées et d’envies. Du coup on s’y perd facilement. Il y a plusieurs risques : tout trouver beau et ne pas parvenir à choisir une ligne directrice, avoir sans arrêt des idées qui remplacent les précédentes et vous épuiser, vouloir des choses impossibles à réaliser avec votre budget, copier des choses qui ne vous ressemblent pas. Il est donc important, après un peu de temps passé à s’inspirer, de faire une pause et de faire vos propres choix, en fonction de vos envie, de votre budget. Peut-être d’ailleurs pourriez-vous commencer par en parler au futur marié ? Il y a des chances pour qu’il soit un peu moins le nez dans les blogs et qu’il puisse apporter à ce projet le recul qui vous manque…

blog mariage

Et vous ? vous avez fait les choses dans quel ordre ? vous étiez perdu quand vous avez commencé les préparatifs ou au contraire c’était très clair pour vous ?

 

Les conseils mariage de… la Graine de coton

Aujourd’hui c’est Alexandra de la boutique Graine de coton qui nous livre ses conseils mariage. Graine de coton, pour ceux qui auraient hiberné ces deux dernières années, c’est un dépôt-vente parisien de robes de mariées neuves et d’occasion, à acheter ou à louer, pour celles qui ne veulent pas se ruiner.

 Voici quelques suggestions tirées d’expérience personnelle ou d’anecdotes de clientes ;o)

– Pour le jour J, toujours prévoir un trousse à couture de survie : pour un bouton (pas trop grave) ou la fermeture éclair de la robe (la cata !) ! Dans ce dernier cas, une couture directe sur la mariée sera le plus efficace !

– Si vous prévoyez de gonfler des ballons à l’hélium pour la déco, ne vous y prenez pas trop tôt : l’hélium tient maxi 8h, ensuite les ballons au choix se dégonflent, ou bien éclatent ! Sur 200 ballons préparés, 12h après il en restait à peine le quart !

– Une tache de maquillage en enfilant votre robe ? Pas de panique, un peu de savon de Marseille et d’eau chaude, le maquillage part immédiatement.

Merci Alexandra !