Wedding tips… dernière minute !

Prestataires, OK, tenues, OK, cérémonie, OK, déco; OK, menu OK, tout est prêt ou presque, voici quelques conseils de dernière ligne droite !

faire un planning minute par minute de la journée pour visualiser  son déroulement et régler chaque détail, ce qui vous permettra de caler un maximum de choses, prévoir les délais suffisants et ne pas improviser n’importe quoi dans le désordre le jour même. Pour ça, imaginez vous le jour du mariage depuis votre lever jusqu’à votre coucher. Faites le à 2 avec votre futur(e) époux(se), voire avec vos parents, vos témoins, etc…les questions qu’ils poseront vous aideront à détailler.

– Ce planning devrait vous aider à débusquer tous les moments où vous aurez besoin d’aide : la mariée entre dans l’église. Ok, mais qui lui dit que tout le monde est en place et qu’elle peut y aller ?
Vous allez ainsi déterminer  qui fait quoi : qui   distribue les livrets de messe, qui distribue des confettis à la sortie de   l’église, qui dit à la mariée que tout le monde est installé, qui lance la musique, etc…

Prévenez ces « intervenants ». Et oui, parce que décider que c’est tata next door qui doit appeler le pâtissier pour confirmer, c’est une bonne idée, mais si vous ne le lui dites pas, elle ne risque pas de s’en charger. Oui, c’est du vécu :) Ne craignez pas de passer pour un psychopathe en rédigeant des fiches :99% des mariées qui l’ont fait ont eu des retours ultra positifs de leurs proches, ravis de savoir exactement ce qu’ils avaient à faire (les 1% restant sont vraiment passés pour des psychopathes)

nommez des référents.   Le rôle est un peu différent de celui de l’intervenant qui a une mission plutôt ponctuelle (ex : distribuer les livrets de cérémonie): ce sont les personnes qui savent et qui coordonnent.  Par exemple l’une d’entre elle connaît par cœur le déroulement de la cérémonie et saura répondre aux questions éventuelles sur qui doit rentrer en premier, à quel moment telle personne doit intervenir et pourra contrôler que l’intervenant « lancer de pétale » est bien en place. Ce sont également les gens auxquels les prestataires pourront s’adresser pour poser des questions. Par exemple, pour notre mariage, c’est à ma mère que le traiteur s’est adressé pour savoir si nous étions prêts, pour le dessert, pour savoir s’il fallait qu’il apporte plus de vin etc… ma mère a filtré et ne nous a posé que les questions dont elle ignorait vraiment la réponse. Notre DJ a posé toutes ses questions à certains de nos témoins. Avantage pour les mariés : ne pas être sollicités toutes les deux secondes pour des questions logistiques et profiter de leur mariage…

Autre intérêt du concept : montrer à votre entourage que vous leur faites confiance et que vous  les laisser prendre des décisions. Bah oui, parce que comme vous avez tyrannisé votre famille entière depuis des mois, elle est totalement pétrifiée à l’idée de décider un truc qui ne vous conviendrait pas. Là, au moins, en ayant clairement délégué certaines choses, ils devraient flipper un peu moins à l’idée de déplacer une petite cuillère.

– qui dit référents efficaces dit référents bien informés ! Attention  à bien les briefer sinon ça ne sert à rien et vous devrez répondre à leurs  questions à eux. Comme pour les intervenants, une fiche avec toutes les infos qu’ils doivent connaître est la bienvenue. Plus le référent aura participé  (et moins vous l’aurez terrorisé) pendant les préparatifs plus il aura de chances de connaître les réponses et de pouvoir prendre des initiatives. Rappelez-leur également de se présenter le jour J qui au traiteur, qui au DJ comme étant leur référent.

– Quelques jours avant, contactez les prestataires pour confirmer   les horaires : traiteur, DJ, photographe, chorale, prêtre, etc… et leur donner les noms des référents. Théoriquement, vous avez eu des contacts réguliers avec eux dans les dernières semaines avant le mariage. Il n’est pas du tout normal d’arriver 1 semaine avant le jour J sans avoir entendu parler d’un prestataire depuis des mois ! Ceux avec qui tout était calé depuis longtemps, appelez-les au moins un mois avant pour être sûr qu’ils ont toutes les infos nécessaires. Et rappelez tout le monde une semaine avant pour les derniers détails.

– le jour J, essayez de trouver un endroit où centraliser toutes les fournitures, les restes de déco, les « choses qui serviront plus tard » et à partir du moment où vous investissez les lieux, astreignez vous à reposer tout à cet endroit. Rien de pire que du matériel éparpillé, auquel chacun touche et déplace sans vous en parler. Si vous ne le faites pas, quand vous aurez cherché le stock de papier toilette et les ciseaux pendant 1h,  vous aurez sans doute une pensée pour moi.

préparez des contenants (cartons, sacs, etc) différents selon les usages : un carton « candy bar » un carton « déco table », un carton « déco salle », un autre « déco extérieure », encore un pour la table de l’urne, etc… et inscrivez dessus ce que c’est et où ça va. Plus vous serez précis plus ceux qui vous aideront seront autonomes. Parce qu’une journée d’installation de la déco à entendre « et ça, ça va où ? » je vous jure que c’est éprouvant pour les nerfs.

– conseil qui reprend les précédents : dans la dernière ligne droit, partagez l’info ! ok vous voulez garder des surprises mais vous ne pourrez pas tout gérer seuls et si vous voulez faire autre chose que de la logisique le jour J, débrouillez vous pour avoir signifié au monde entier où vous voulez mettre l’urne.

– pensez à avoir un jeu du déroulé et des textes indispensables à votre cérémonie, au cas où un des intervenants ait oublié le sien.

blog mariage

Et vous ? comment pensez vous gérer votre dernière ligne droite ? les jeunes mariés, des conseils à donner à vos petits camarades qui franchissent le pas bientôt ?

 

Lettre aux futurs mariés… (et à Nicole)

Depuis le début de ce blog, je vous ai montré des mariages différents, j’ai rédigé des articles sur beaucoup de sujets, j’ai présenté des robes de mariée, de la décoration de mariage, des chaussures. Je vous ai montré des mariages au bord de la mer, des mariages dans des châteaux et des manoirs, mais aussi des mariages à la maison ou sous un chapiteau. Je vous ai montré des cérémonies dehors et des cérémonies dedans et parfois pas de cérémonie du tout. Je vous ai aussi montré un mariage avec 2 invités et un  mariage participatif*, lequel a été le plus gros succès de l’histoire du blog en terme de nombre de lecteurs.

Après avoir publié tous ces mariage, après en avoir vu environ 250.000 sur les blogs des autres, après maintenant deux ans et demi à m’intéresser au sujet, ma préparation de mariage incluse, s’il y a bien une chose que j’ai envie de défendre par dessus tout, c’est qu’en matière de mariage la seule règle qui devrait compter c’est de pouvoir se marier COMME ON VEUT. Avec 40.000 euros ou 500, avec 2 invités ou 300, avec une robe Vera Wang ou une robe Zara, ça n’a strictement aucune importance, tant que le mariage correspond aux mariés (et à leur budget).

A la suite de la (re)diffusion de mon article  « Comment se marier avec un tout petit budget« , j’ai été critiquée sur ma page facebook par Nicole (le prénom a été changé comme ils disent dans les journaux), une prestataire de mariage qui m’a accusée de tromper les futurs mariés parce que je leur disais que dépenser + de 10.000 euros pour se marier n’était pas une fatalité. Pour Nicole, impossible d’y couper, un « vrai mariage » coûte forcément cher, c’est comme ça, point barre.

Cette discussion animée m’a interpellée car,  sans doute parce que nos familles sont très compréhensives, parce que nous savons n’en faire à notre tête, parce que nous n’avions plus 25 ans quand nous nous sommes mariés, et parce que je baigne depuis l’ouverture de ce blog dans une certaine liberté vis à vis du mariage (célébrations laïques à l’extérieur, thèmes ludiques, repas informels),  j’avais oublié à quel point pour certaines personnes le mariage est avant tout un évènement social, qui répond à des codes extrêmement précis, auxquel on ne peut pas déroger, sans quoi « ce n’est pas un mariage ».

(oui, cette phrase fait 6 lignes, je vous laisse la relire tranquillement)

Nicole m’a clairement indiqué que ce que je suggérais comme solution dans mon article sur les tous petits budgets (organiser un goûter, faire un pique nique,se marier chez soi, demander aux gens d’apporter à manger etc… ) c’était « une kermesse et pas un mariage ».
Autant vous dire que me faire traiter de kermesse, ça ne m’a pas déplu,  mais j’ai bien compris au ton que ce n’était pas très amical et plutôt méprisant.

La buvette de notre mariage

Cette mésaventure m’a donné envie de m’adresser à tous les futurs mariés qui me lisent (et aux passage à toutes les Nicoles) et les inviter à ne jamais perdre de vue que pour se marier,  il faut  :

– 1 officier d’état civil, deux personnes de sexe opposé (pour le moment) consentantes et deux témoins. Point Barre pour la partie administrative.

– aimer son partenaire (ça me semble mieux) et avoir envie de s’engager avec lui. Point barre pour la partie sentimentale.

N’en déplaise à ceux pour qui il est impossible de ne pas dépenser 15.000€ pour se marier, tout ça me semble parfaitement gratuit. TOUT le reste est au mieux, de l’envie, au pire de la convention, mais en aucun cas une obligation. Ce sont les seuls éléments sur lesquels on n’a pas le choix. tout le reste relève de la liberté de chacun.

Non, pour se marier, il ne FAUT pas inviter toutes ses connaissances et relations et celles de ses parents. Non, pour se marier, il ne FAUT pas un repas assis avec un traiteur et un menu de mariage avec trois plats. Non pour se marier il ne FAUT pas des dragées, une voiture décorée, des housses de chaises, un bouquet à 50€. Il ne FAUT même pas d’alliance ni de robe blanche. Ni verte, ni bleue, d’ailleurs. (En revanche il faut quand même être habillé, la mairie n’accepte pas les nudistes).

Ce que j’ai envie de dire à Nicole et à tous les autres qui pensent comme elle c’est que oui, se marier de façon traditionnelle coûte cher, c’est évident. Mais tout est dans le « de façon tradtionnelle », ce qui n’est PAS une obligation, je persiste et signe.

Cela dit, je ne suis pas complètement naïve et je sais bien que le poids de la tradition, la pression des familles, les rêves de petites filles (et plus rarement de petits garçons), tout cela existe et on est bien souvent obligé de composer avec.

Moi même, j’avoue avoir fait un mariage plus traditionnel que ce que nous avions envisagé au départ : certes nous avons fait une après midi plutôt kermesse (n’en déplaise à Nicole), avec pièce de théâtre, jeux, etc… mais dans la version originale, il n’y avait pas vraiment de repas assis, plutôt un stand grillades, des tables disséminées un peu partout.

Oui, Nicole, cette photo a été prise pendant mon mariage.

Mais je suis revenue à une formule plus classique (au grand désespoir du Groom d’ailleurs). Pourquoi ? parce que je n’ai pas osé tout bousculer. J’envie franchement ceux qui osent le faire et si je me mariais maintenant je pense que j’irai plus facilement jusqu’au bout (ne serait-ce que parce que maintenant que je suis devenue la référence familiale en matière de mariage plus personne n’oserait me prendre pour une dingue, ou plutôt si mais ils n’oseraient rien dire, gniark gniark).
Il est évident que si vous voulez vous marier autrement vous allez essuyer des incompréhensions, voire de la désapprobation de la part de toutes les Nicoles du monde.

Je ne vous pousse pas à vous fâcher avec toute votre famille, non plus. Je vous encourage simplement à faire selon vos moyens pour résister à ceux qui conservent une conception étroite de ce qui se fait et de ce qui ne se fait pas. Essayez de garder à l’esprit  que tout ce qui entoure le mariage n’est qu’une histoire de conventions et que le plus important c’est de vous unir à l’homme ou la femme de votre vie, le reste, c’est de la fioriture. Et cette fioriture, c’est VOUS qui décidez à quoi elle doit ressembler.

Pour en revenir aux basiques, je vous invite à (re)lire l’article Un mariage peut il faire mariage sans robe blanche, sans traiteur et sans pièce montée ? dans lequel j’essayais de repérer les quelques éléments sur lequels appuyer pour faire un mariage sans les codes du genre mais « qui fasse mariage quand même ». Je vous invite aussi à courir voir le joli mariage d’Audrey et Frédéric publié récemment sur Un Beau Jour. Il est la parfaite illustration de ce que je viens d’écrire et je pense que les photos parlent d’elles même : tout le monde semble très heureux et gardera sans un doute un merveilleux souvenir de cette journée, invités comme mariés. Je vous invite aussi à revenir ici demain pour un joli mariage différent.

Je continuerai sur ce blog à vous montrer de beaux mariages bourrés de déco, des mariées en jolies robe chères, photographiées par des photographes professionnels, parce que ça aussi, ce sont des mariage. Mais je continuerai aussi à crier haut et fort que si on veut se marier entre deux témoins sur la plage, photographié par son cousin, on peut le faire aussi, et qu’on sera tout mariés pareil, et je vous montrerai ce type de mariage. Et je vous invite à m’écrire si vous voulez partager votre mariage, quand bien même vous n’auriez pas fait comme tout le monde et SURTOUT si vous n’avez pas fait comme tout le monde.

Allez, sans rancune Nicole.

*pour info / rappel, un mariage participatif est un mariage où les invités apportent eux même de quoi manger, ou participent au mariage en offrant de quoi fabriquer le repas, où toutes les bonnes volontés sont mises à contribution, ce qui a beaucoup choqué Nicole.

blog mariage

Et vous ? comment gérez vous les conventions ? c’est envisageable pour vous un mariage pique nique par exemple ? vous avez du mal à expliquer votre conception du mariage à votre famille ?