Coup de coeur photographe {benjamin Le Du}

Comme je vous l’avais dit pas plus tard qu’hier, le mariage d’Anne et Stéphane a été pour moi l’occasion de rencontrer et de voir travailler Benjamin Le Du.
Une « découverte » qui m’a donné l’impression de découvrir une pépite cachée, non pas parce que Benjamin serait débutant ou que personne ne le connaîtrait, mais parce qu’il ne fait pas (encore !) partie des photographes qu’on voit beaucoup sur les blogs et comme c’est ma principale source de découverte de photographes, je ne le connaissais pas. bref. Une pépite cachée, donc, que j’avais vraiment hâte de vous faire découvrir. Parce qu’il me semble que Benjamin possède LA qualité indispensable au photographe de mariage : il aime les gens.  Et aimer les gens ça permet d’y être attentif, ça permet de saisir leurs émotions à la seconde où elle passe, ça permet d’être généreux, ça permet de ne pas se mettre en avant mais se mettre au service des autres et de faire son maximum pour rapporter les images qui vont émouvoir.

Benjamin Le Du c’est un sourire pendant 12h d’affilée, de la bonne humeur, un coeur gros comme ça et des photos qui vous replongent instantanément dans la fête, l’amour, la vie.

Cécile & Jérémie  1285

Benjamin, quel est ton parcours ?

Après mes études en photo, j’ai pris la voie des grands studios (ELLE, Pin-up) et j’ai eu l’occasion d’assister de grands noms de la photo de mode et de portrait.(André Rau, Patrick Swirc)

J’ai adoré les espaces et les moyens de créativité absolue que nous offre « La Mode » sauf qu’au bout de quelques années, il me manquait quelque chose, ce n’était pas la réalité, et  je voulais de vraies émotions dans mes images. J’ai donc quitté l’ambiance feutrée des plateaux pour entamer ma période « Reportage », J’ai réalisé divers sujets, voyagé (un peu) et rencontré des gens aux dures conditions de vies. J’ai eu l’occasion de participer à la création d’un magazine traitant de sujets humanitaires et sociaux. Le projet était ambitieux, totalement indépendant, et fait part une équipe d’amis journalistes et photographes bourrés à l’utopie. Le magasine à publié son 3ème et dernier numéro au bout de 3ans d’efforts, mais c’était une magnifique aventure !

Depuis mes études je faisais des mariages pour d’autres photographes et autres « machines à marier », donc c’est d’abord venu comme un « job d’été » me permettant de financer mes appareils et mes projets. Travaillant pour d’autres, je couvrais les mariages à leur façon, autant dire que je ne m’éclatais pas toujours ! je ne connaissais pas les mariés en arrivant à la mairie ! « euuh… Bonjooour ! »

C’est petit à petit que j’ai appris à aimer ça , grâce au travail d’autres photographes que j’ai découvert, grâce à mes premiers Lovers (à moi !) qui m’ont donné la liberté de faire ce que je voulais, comme je le voulais !

Aline & David  428 Aurélie & Richard  164 - Version 2 Aurélie & Richard  527 - Version 2 Cécile & Jérémie  475

J’ai découvert que le Mariage était au final tout ce que j’aimais ! Il allie le « vrai » du reportage et l’esthétisme de la « mode », mais avant tout, c’est de l’Humain, de si beaux moments d’amour, de joie et de partage, des instants qui n’ont pas de prix, des rencontres inoubliables, des histoires de vies dont on est le témoin, et  bien sûr, des amuse bouches toujours au top !

Ma démarche est fortement influencée par mon expérience de reportage, j’aime être dans l’action comme à la place d’un parent, d’un témoin ou d’un invité, capter ces gestes, ces sourires, ces regards complices et émus aux larmes, essayer d’emmener la personne qui les regarde comme si elle y était, lui faire revivre le mariage, c’est vraiment ce que j’aime !

Nouchka & Stéph-469 Lony & Rom DDAY-369 Marion & Erwan-499 Mélanie & Thiabud  698 As tu des conseils à nous donner concernant nos photos de mariage ?

 Je leur conseillerai d’écouter autant que possible leur cœur ! le travail du photographe doit vous parler, son univers, son approche mais sa personnalité doit aussi vous convenir si vous souhaitez avoir un véritable témoignage qui vous corresponde. Ne vous arrêtez pas à la beauté d’une image mais regardez comment il/elle restitue un mariage entier, qu’est ce qu’il capte ? l’avez vous vécu ?  On ne le répète jamais assez, peut être cela fait cliché mais les photos sont votre Patrimoine Emotionnel, LE souvenir de votre mariage! Si vous prenez un(e) photographe qui vous ressemble, vous aurez des images qui vous ressemble…

Marion & Erwan-1004 Mélanie & Thiabud  315 Day After A&D-92 Day After A&D-223 Day After-326 Lony & Rom DDAY-583

Où es tu basé ? jusqu’où te déplaces tu ? quels sont tes tarifs ?

 Je suis … Sans Frontières ! Basé proche de Melun (77) sud de la région parisienne, je me déplace dans toute la France voir l’étranger pour trouver mes FunkyLovers.

 Je conçois le mariage dans sa globalité et donc au minimum des préparatifs à la fin du vin d’honneur, et une love session (engagement) est prévue car c’est un vrai plus que de s’apprivoiser photographiquement parlant avant le grand jour ! Mes tarifs débutent à 1490€.

Marion & Erwan-20 Marion & Erwan-23 Nouchka & Stéph-61

 Pour illustrer ton travail, peux tu partager avec nous ta photo préférée ?

Lony & Rom DDAY-947 Ce n’est pas le photographe qui parle,mais l’ami ! J’ai eu le bonheur d’être l’un des témoins de Rom et j’aime par-dessus tout cette photo car ils sont tout simplement fous de bonheur !

Peu importe si ce n’est pas la plus belle photo techniquement et esthétiquement parlant, (elle est même très classique), mais ce qu’ils vivent à ce moment précis est plus important et plus vrai que tout le reste !

J’ai beau la connaître, elle me fait frissonner à chaque fois et je pense que c’est avant tout ce que doit apporter une image… l’émotion, vraie, juste et sincère.

 

 …et celle qui représente le mieux ton travail ?

Mélanie & Thiabud - Benjamin Le Du

C’est difficile de choisir  une seule image. Il faut réussir à l’extraire de son contexte pour juger ses qualités et je crois que je suis incapable de regarder une image sans me rappeler l’ensemble des moments et des émotions vécues, mais puisqu’il le faut, je dirais celle là : une belle journée, les sourires de deux vrais amoureux, complices heureux qui s’éclatent sans se prendre au sérieux… le mariage c’est avant tout une fête, comme la vie non ? Let’s Rock !

  benjamin le du 3

www.studiobld.book.fr

www.benjaminledu.book.fr

FaceBook

benjaminledu@hotmail.fr

Coup de coeur photographe : Thomas Dufourneau

Un mariage, ce sont des semaines de préparatifs, le plus souvent des mois. Un mariage, ce sont 50 pompons, 342 fanions, 120 sachets de thé recustomisés. 12m de tulle, 2 chaussures, 35 cm de head band. Un costume qui « fait marié, deux boutons de manchette, 2 cl d’after shave.  52 invitées avec une robe neuve, 48 invités avec une cravate qui serre. 26 kg de magret, 47 litres de champagne, 107 choux à la crème. 98 « félicitations ! », 103 « vive les mariés ! » 45 « elle est belle ta robe ! »

Et puis. Et surtout. Un mariage ce sont des centaines  d’émotions, des milliers de sourires, des dizaines de larmes, une tonne d’amour.

Qu’avez vous envie de garder pour toujours ? 342 fanions ou un milliers de sourires ?

Vous l’avez peut être constaté, je suis d »humeur plutôt poète et sentimentale cette semaine et ce qui me rend toute chamallow comme ça, ce sont des images. Des images de vie toute simple, comme hier, ou des images de grands moments comme aujourd’hui. Parce qu’aujourd’hui, je voudrais vous présenter un Monsieur qui possède un grand talent : celui de garder pour toujours non pas vos 342 fanions ou vos 107 choux à la crème mais tout le reste : vos émotions, vos fous rires, vos larmes, vos regards. Un magicien qui s’applique à saisir avant tout l’humain et les émotions qui le traversent. Et qui possède également deux qualités que j’apprécie personnellement beaucoup : il est gentil et il est humble.

C’est donc vous l’avez compris avec un grand plaisir, ladies and gentlemen, que je vous présente Thomas Dufourneau. 

En quelques questions et quelques photos, voici le portrait du magicien du jour…

photos-mariage-thebridenextdoor-038 photos-mariage-thebridenextdoor-030
photos-mariage-thebridenextdoor-017

 

Quel est ton parcours ? depuis quand es tu photographe ? photographe de mariage ?

Je suis un autodidacte, j’ai commencé la photographie par la photo de rue et le portrait il y a 7 ans et la photographie de mariage en 2009. Mon attachement à la photographie sur le vif et au travail des photographes humanistes m’a conduit a axer ma photographie sur du reportage en privilégiant le noir et blanc.

photos-mariage-thebridenextdoor-001 photos-mariage-thebridenextdoor-015

Qu’est ce que tu aimes dans le fait de photographier les mariages ?

Chaque mariage est une nouvelle expérience photographique, avec ses rencontres et ses moments forts. C’est l’opportunité de raconter, en images, une nouvelle histoire… La photo de mariage, c’est de la photographie sociale, les gens sont au cœur de notre activité et c’est ce qui nourrit ma photographie.

photos-mariage-thebridenextdoor-004 photos-mariage-thebridenextdoor-037

Quelle est ta « philosophie » sur ton métier ?

La photographie de mariage a longtemps été perçue comme une photographie conventionnelle, empreinte de « clichés » suite à une abondance de photos réalisées sans réelle intention photographique. Elle a pris un nouveau souffle, notamment avec le photo-reportage. Il y a une segmentation de la photographie de mariage aujourd’hui avec deux approches : la photographie mise en scène et le reportage photographique. Une approche n’est pas meilleure que l’autre, c’est l’implication du photographe et son engagement qui seront déterminants. La pratique de la photo de mariage réclame de la passion et s’inscrit dans un échange…

photos-mariage-thebridenextdoor-016

photos-mariage-thebridenextdoor-009

Quel est ton meilleur souvenir de photographe mariage ? As tu une anecdote à partager ?

Un mariage, c’est une journée que l’on partage avec les mariés et leurs proches. Les photos en sont le témoignage et je prends plaisir à revoir certains reportages, certaines images qui m’ont particulièrement touché au travers desquels c’est l’émotion de cette journée singulière qui demeure… J’ai une image qui me revient en tête, capturée durant la cérémonie religieuse du mariage de Pauline et Cyril, lui riant aux éclats et elle essuyant ses larmes, un moment chargé d’émotion à l’image de leur mariage…

photos-mariage-thebridenextdoor-013

Qu’est ce qu’une « bonne » photographie de mariage ?

Une « bonne » photographie de mariage est une image qui partage une émotion. J’aime lorsqu’une photographie suggère l’émotion qui a conduit le photographe à appuyer sur le déclencheur. Ces images me parlent , car elles dégagent une force et raconte quelque chose d’authentique, d’intemporel. Une bonne photo est une photographie qui exprime un ressenti, une intention et qui matérialise une émotion…

photos-mariage-thebridenextdoor-040 photos-mariage-thebridenextdoor-043
photos-mariage-thebridenextdoor-020 dans la vie tu aimes…. échanger autour d’un bon café…et tu déteste….. le manque d’humilité…
Où es tu basé ? où te déplaces tu ? quels sont tes tarifs ?

Je suis basé en région parisienne, et je me déplace partout en France et à l’étranger. Un reportage de mariage débute à 1750€…

photos-mariage-thebridenextdoor-002

Le mot de la fin ?

Chaque approche est différente et dépend des sensibilités de chacun. Il est important de rester sincère et fidèle à sa photographie et de ne pas tomber dans les modes. S’inspirer ce n’est pas copier untel ou untel mais s’intéresser à la démarche de l’auteur, s’interroger. Il est important de traduire à sa façon cet événement et une bonne culture photographique permet de définir un style personnel.

photos-mariage-thebridenextdoor-010

 

 

Thomas Dufourneau

 

http://www.thomasdufourneau-photographies.fr
thomasdufourneau.photographies@gmail.com

Cédric Duhez, photographe de mariage

Cédric Duhez est photographe dans le Nord-Pas de Calais (mais il se déplace dans toute la France), je l’ai découvert via Facebook et j’ai aimé son style délicat, ses photos pleines de charmes, qui ne cèdent pas à la mode tout en étant très actuelles. Il est membre depuis peu de la très prestigieuse WPJA (Wedding Photojournalism association). Il a choisi de nous fait découvrir son travail au travers du mariage d’Anne Sophie et Julien qui a eu lieu dans le Nord le 4 septembre dernier.

Un petit mot des mariés pour commencer :

Alliant originalité,complicité et discrétion, Cédric a largement contribué à la magie de cette merveilleuse journée de notre mariage. Cédric est un passionné qui rend son oeuvre accessible à ceux qui ne sont que des amateurs; Pourquoi? parce qu’il a su raconter son métier, sa passion et nous montrer à de nombreuses occasions que nous n’étions pas de simples clients.
A la fois, il a su parfaitement respecter nos envies qui étaient de capturer dans son objectif des petites scènes de cette journée, mais de plus, lors des séances dites « posées », il a animé des vrais ateliers récréatifs où chacun a participé avec bonheur et où les rires ont fusé, comme nos visages sur les photos peuvent en témoigner. Cédric a été plus qu’un des nombreux prestataires de cette journée, c’est quelqu’un qui a réellement souhaité partager un instant de notre vie et avec qui une vraie relation s’est installée.
Enfin lorsqu’il nous a livré les albums, nous avons vraiment été impressionné par la qualité de son travail, pour son talent immodéré mais fantastique pour la surexposition et désormais, de nombreuses de ses oeuvres trônent dans les pièces de notre maison.

Mais qui est donc Cédric ?

 J’ai 39 ans, marié et heureux papa de deux enfants. Je débute la photographie, de manière irrégulière, lorsque je reçois mon premier appareil à l’age de 13 ans. Quelques années plus tard je me rend compte que mon regard est toujours à la recherche d’une scène, d’un détail à capturer.


Dans un premier temps attiré par la « Street Photography » et son côté urbain je réalise quelques expositions dans la région Nord autour de Lille.  Je me tourne vers la photographie sociale comme le Mariage et tous ces petits moments de bonheur d’une vie après avoir découvert ce qui se faisait outre Atlantique dans ce domaine car hélas en France la photographie de Mariage était il y a encore peu de temps très « kitchouille ». Les histoires humaines sont pour moi une source d’inspiration intarissable…


Marcus Bell fut pour moi, le premier photographe m’ayant vraiment interpellé et c’est surement lui qui m’a également donné envie de vivre de la photo. Je me lance dans l’Aventure en 2009 en créant mon studio « Cédric Duhez Photographie » alors décidé à faire vivre une véritable expérience à mes clients.
Passionné par  l’Art et mon métier, je me définirai comme une personne sensible et curieuse. Ma force, faire partie de cette nouvelle génération de photographes autodidactes spécialisés dans le photojournalisme de Mariage. Ma vision et mon approche artistique sont différentes du simple reportage photos.
Mon style photographique est donc très orienté reportage, j’aime saisir ces instants fugaces que personne ne voit pour ensuite les sublimer et retranscrire les émotions sur mes images.
Ma photographie s’adapte à chacun et se veut élégante.
Je continue à puiser mon inspiration dans la vie de tous les jours et en regardant ce qui se fait dans les autres pays en matière de photos de manière général, je peux très bien trouver une image très jolie en architecture par exemple et essayer de la transposer dans le domaine du Mariage.
Je n’ai pas vraiment de photographes préférés car je n’ai pas envie d’être trop influencé par un style en particulier. De ce fait, je me balade très peu sur les Blog des mes confrères Français car trop d’images se ressemble déjà. Par contre je discute régulièrement avec certains d’entre eux et si je devais mettre un nom sur un travail que j’aime beaucoup en France et qui se rapproche de mon état d’esprit serait sans hésiter AmyPunky.
J’ai été admis au sein de la WPJA et AG/WPJA début 2011 après avoir préparé mon dossier et mon site web en conséquence. Mon style est, comme je le dis plus haut, orienté reportage et capture des émotions donc cela correspond bien aux attentes de ces associations. J’ai donc envoyé ma candidature par mail et la réponse fut positive, ce qui fait plutôt plaisir en fait :) »

 
Qu’est ce que vos clients ne savent pas sur vous ?
je suis quelqu’un qui parle beaucoup et qui s’ouvre facilement aux gens, malgré tout il y à surement des choses qu’ils ne savent pas mais ce n’est pas volontaire, je n’ai rien à cacher et dans les discussions que j’instaure avec eux je suis toujours sincère donc les échanges sont souvent très vastes et j’adore ça

Dans la vie vous aimez….sentir le bonheur autour de moi, je suis très réceptif et si je sens qu’il y a un un truc qui cloche il faut que je le dise. Faire la cuisine et Ha, les jeux vidéo aussi :)

et vous détestezl’hypocrisie, la méchanceté gratuite et la bêtise humaine (et de ce côté là il y a du stock)

Merci Cédric, et tous nos voeux de longue vie à deux à Anne-Sophie et Julien !

Photographe de mariage: Pierre Mérat

Parmi les prestataires de notre mariage, le photographe n’a pas été le plus facile à trouver (mais quand même plus facile que le DJ ou, presque pire, la baby-sitter !).

Nous cherchions un photographe capable de faire un reportage de la journée, et non pas seulement des photos de couple, que nous voulions peu nombreuses et surtout rapides pour pouvoir rester avec nos invités le plus possible.

 Munis de notre outil préféré : internet, nous avons écumé les sites de photographe de notre région, pris de rares contacts, parfois intéressants mais définitivement trop chers et nous avons mis plusieurs semaines avant de tomber, je ne sais plus par quel hasard internetistique sur le site d’un photographe un peu éloigné de notre lieu de réception : Pierre Mérat. Nous avons été séduits par la petite galerie « mariage » de son site, mais aussi par le fait qu’il ne semblait pas vraiment spécialisé dans la photo de mariage et, ça va paraître sûrement un peu idiot, je me suis dit « s’il est capable de faire des photos sportives, il doit pouvoir faire des photos prises sur le vif dans un mariage ! ». Après tout, une journée de mariage c’est un peu sportif, non ? Et comme Pierre est capable de prendre des photos magnifiques aussi bien de paysages, de concerts, de fruits ou de bijoux, et même de pinces à linges, nous pensions qu’il saurait faire de beaux clichés de notre Jour J. Et on ne s’est pas trompés.

Sa première réaction quand je l’ai appelé pour prendre un premier contact a été : « oui, ok mais faut que je vous dise… je n’ai pas de gradins pour les photos de groupe ! » J’ai considéré cela comme un signe, puisque s’il y a bien quelque chose dont nous ne voulions pas, c’était une photo de groupe avec tous les invités sur des gradins !

Nous nous sommes recontrés une première fois dans un café, bien loin de chez lui mais il avait fait tout le chemin, nous avons vu le type de livre qu’il fabrique pour les mariés, discuté des tarifs et nous l’avons trouvé super gentil. Pour chaque prestataire ou presque, nous avons décidé d’y aller au feeling. Nous n’avions envie que d’être entourés de gens gentils et quand nous en avons rencontré, nous n’avons jamais hésité, et nous avons bien fait. Pierre est donc le seul photographe que nous avons rencontré et cela suffisait bien.

Mais assez parlé de nous, laissons-le un peu parler de lui :

« La découverte de la photo a été tardive pour moi. Mais ce fut une telle révélation qu’il ne m’a fallu que trois ans entre l’achat de mon premier réflex et le passage au statut de professionnel, en 1988, à l’âge de 30 ans. Inutile de dire qu’il a fallu beaucoup plus de temps pour devenir un vrai photographe. C’est-à-dire un photographe capable de mettre sa rigueur et suffisamment de savoir technique au service de sa créativité. Plus de 22 ans plus tard, j’en suis toujours à chercher à m’améliorer. Ma technique pour les rendus des photos, que cela soit en couleur ou en noir et blanc, évolue constamment. Le numérique, dont je fut un des premiers adeptes en France (1999), nous permet de pousser très loin nos exigences. Pour moi, c’est un réel bonheur !

Je dois reconnaître que je suis venu au mariage par nécessité. J’ai longtemps considéré la photographie de mariage comme de la sous-photographie. Mais, grâce aux anglo-saxons, celle-ci à plutôt bien évolué en France et je dois dire, à présent, que certains photographes de mariages ont énormément de talent.

De mon côté, j’attaque ma deuxième année dans le domaine et j’ai besoin de mûrir. Si tous mes clients de l’année 2010 ont été enchantés du travail que je leur ai fourni, ceux qui me connaissent savent que je suis un éternel insatisfait et que je ne peux me contenter de cela. J’aime qu’il y ait de la tension dans les images que ce soit dans la joie, la gravité ou le recueillement. Je n’aime pas que mes modèle soient justes posés dans un décor supposé original sans qu’il y ai une tension dans leurs corps. Je leur impose souvent ce que j’impose à mes modèles de mode : qu’ils soient physiquement là. Pour le reste, j’aime le reportage. Je cherche les expressions, les ambiances. Jamais de flash, même dans les ambiances les moins éclairées : je veux garder l’atmosphère qui règne au moment où se déroule la scène que je capte. C’est pour cela que j’ai investi dans un boîtier qui assure en toutes circonstances.

Avec les futurs mariés, c’est une relation forte. Une relation qui se noue bien avant la date du mariage. Je veux qu’ils sachent sans la moindre réserve que je serai là pour eux, avec eux. Se laisser photographier par un étranger n’est pas évident car il faut donner de soi. Si la relation ne repose pas sur une totale confiance, difficile de donner vraiment. J’attends de mes modèles qu’ils me donnent le maximum afin que je leur renvoie une image d’eux-même qui les rendent heureux. C’est très grosse responsabilité. »

Pierre propose des formules de la simple séance de prises de vues avec le couple au suivi total de la journée (des préparatifs jusqu’au repas). Mais également toute demandes particulières. Rien n’est figé. Pour les photos de couple cela commence à 400 euros avec un portfolio 30×30 de 20 images tirées par ses soins et un cd d’une sélection des meilleures photos. Il ne laisse le soin à personne de tirer ses images : « La plupart des photographes envoient leurs travaux dans des usines. Je n’aime pas que les choses m’échappent et comme je suis très pointilleux sur la qualité de mes tirages (qualité exposition), tout passe par moi et moi seul. Il intervient sur les régions Centre, Bourgogne et Ile de France.

Pierre saisit l’instant, sait capter les émotions et les regards. Il ne fait pas des images à la mode, il fait des images vraies et belles, qui retracent les moments importants qui surgissent devant son objectif. Il est à l’écoute des demandes des mariés, mais sait proposer des choses quand ces derniers n’ont pas d’idées. Je vous laisse regarder quelques uns de ses plus beaux clichés.

 

Merci, Pierre, pour tous ces souvenirs.

Le wedding pour les nuls : séance de rattrapage #3

Troisième jour de notre séance de rattrapage, vous avez déjà bien progressé vers le wedding cool mais petits scarabés, le chemin vers le wedding parfait est encore long et les dernières marches très hautes.

Si vous êtes prêts, aujourd’hui, les deux niveaux suprêmes : les cupcake d’or et de platine.

Pour obtenir le cupcake d’or, dans votre mariage il vous faudra :

Une séance d’engagement

Où vous faites connaissance avec votre photographe, avant le mariage. Difficulté de réalisation : *** (il faut trouver le photographe), cout $$$ (c’est un surcoût, disons) ; degré de coolitude nécessaire de votre mère : 0/5 (elle n’est pas au courant). Le classement en cupcake d’or réside dans le fait que c’est encore une pratique assez rare en France.

Une ambiance vintage ou rétro.

Difficulté de réalisation : 5/5, cout $$$, degré de coolitude nécessaire de votre mère : 5/5 (étrangement elle ne voyait pas exactement le guéridon de votre grand mère au milieu du jardin avec une machine à écrire et une boite en fer dessus)

 

Une cérémonie laïque en extérieur

Difficulté de réalisation : 5/5, cout : variable selon l’endroit, les sièges, la déco : de $ à $$$. Degré de coolitude nécessaire de votre mère, votre future belle-mère, votre grand mère : proportionnelle à leur foi : de 1 à 12/5

 

Et enfin,  pour atteindre le cupcake de platine, le niveau ultime du wedding, il vous faudra :

Le marié casual (avec converses ou baskets)

Cet ingrédient là, c’est quitte ou double : ça peut vous décider un petit ami allergique au mariage formel, comme vous fâcher à mort avec votre belle mère. C’est l’élément finalement le plus « choquant » pour les invités qui peuvent survivre à une absence de pièce montée mais plus difficilement à un marié en baskets, carrément inimaginable dans certaines familles. Même le marié séduit par l’idée peut être tenté en cours de route de flancher. Difficulté de réalisation : ***, coût : **, degré de coolitude nécessaire de votre mère : 10/5

via Un beau jour Photo Marke Brooke via Un Beau Jour

Voilà, avec ça, vous connaissez tous les ingrédients du mariage moderne et vous avez atteint le statut de Bride-to-be (avant de lire cet article, vous n’étiez qu’une fiancée)

Ettre une bride-to-be, c’est bien, mais en plus, cerise sur le cupcake, vous voulez être une bride to be tendance ? Pour cela il faut non seulement avoir les ingrédients du mariage (que dis-je : wedding !) moderne mais en plus, les décliner avec ce qui est à la pointe de la tendance.

Mais ça, mes jolis, c’est dans l’article suivant !