Voyage de noces, destination Tahiti !

Cette semaine c’est Laure, dont vous avez pu admirer le mariage orange entièrement home made dans cet article, qui nous parle de son voyage de noces à Tahiti. Il se trouve que son papa y vit, ce qui, forcément, simplifie un certain nombre de choses.

Mais si Laure ne peut pas nous parler des hébergements sur place, elle peut nous faire rêver de lagons, de poissons colorés, de parfums enchanteurs, de sieste sous les cocotiers et de longues journées en paréo… mmmmmmmh… vous entendez le clapotis des vagues ?

voyage de noce destination tahiti

Pourquoi avoir choisi cette destination ?

C’est une destination tellement lointaine qu’on peut raisonnablement envisager d’y aller une fois dans sa vie. Donc elle était pour nous toute indiquée pour notre voyage de noces. L’idée de se prélasser sur des plages de sable blanc, de se baigner dans des lagons peuplés de poissons multicolores nous séduisait, sans compter que mon père y habite depuis 2 ans et que c’était peut-être notre unique occasion d’aller le voir. Pour nous c’était la destination balnéaire mais en comptant quand même sur les activités nautiques ou parapente, randonnées etc…

voyage de noce destination tahiti

 Pourquoi est-ce que ça vaut vraiment le coup d’y aller ?

Pour les paysages de carte postale, la gentillesse des Tahitiens, le parfum du tiaré dès la descente de l’avion, le goût du poisson cru à la noix de coco, les magnifiques perles noires, les lagons incroyables, le soleil et la chaleur garantis même en hiver (juillet-aout, minimum 24 degrés)

voyage de noce destination tahiti

La fiche technique 

Vol : Paris-Los Angeles 11 heures + 2 heures d’escale (ou plutôt de queue pour passer les « aimables » douanes américaines) + Los Angeles-Papeete 10 heures (la Polynésie se mérite!) Néanmoins, c’est un archipel, donc il ne faudrait surtout pas se cantonner à l’île de Tahiti, mais aller aussi sur Moorea, Bora Bora, Huahiné, Rangiroa…(l’idéal étant de louer un bateau pour naviguer d’îles en îles… .

Vaccins: pas de vaccins particuliers .

Visas: pas de visa, mais un certificat à remplir pour rentrer aux Etats-Unis et qui coûte environ 11€ par personne .

La bonne saison pour y aller: le printemps, soit septembre/octobre

voyage de noce destination tahiti

 Les + de la destination

le dépaysement totale, mais avec la facilité d’un pays francophone (la monnaie est le franc polynésien néanmoins), la variété des activités nautiques, les paysages grandioses. On a envie d’y habiter très facilement, on a envie de faire comme les locaux et de se faire tatouer un de ces magnifiques dessins, de porter la fleur à l’oreille (droite! On est marié quand même!) De s’habiller d’un paréo et de se parfumer au monoi…

voyage de noce destination tahiti

 Les – de la destination 

La vie est chère sur place, et notamment les prix pour touristes qui peuvent tripler comme par magie. Le mieux est souvent de se faire recommander par un « local ». Ne cherchez pas d’activité culturelles, à part le musée de la Perle (tout petit) vous ne trouverez pas grand chose…

voyage de noce destination tahiti

Le budget

Pour les billets d’avion, compter jusqu’à 2000€ par personne, et pour 3 semaines sur place nous avions prévu 2000€ (que nous n’avons pas tellement respecté) sachant que nous ne logions pas à l’hotel.

[edit TBND : j'ai fureté un peu, je pense qu'on peut trouver une semaine vols + hôtel + petit déjeuner, dans un bel hotel, à partir de 3000€ / personne, ce à quoi il faut ajouter les repas, les déplacements et les loisirs sur place. Fouillez bien, il y a des promotions car il y a quand même de la concurrence entre les voyagistes. En tous cas il semble clairement inintéressant de composer son voyage soi même, il vaut miux acheter un pack à un voyagiste]

voyage de noce destination tahiti

Le coup de coeur de Laure :

Le Pink Coconut sur la marina de Papeete, idéal pour boire un cocktail les pieds dans le sable! Ou encore l’île de Moorea (en face de Tahiti) où l’on déguste du poisson au Tipanier après une excursion en pirogue à voile pour aller nourrir les raies et requins pointes noires du lagon.

voyage de noce destination tahiti

voyage de noce destination tahiti plongee

voyage de noce destination tahiti

voyage de noce destination tahiti

voyage de noce destination tahiti

voyage de noce destination tahiti

 Merci les amoureux pour ce joli voyage de noces en Polynésie !

Voyage de noces, destination Vietnâm et Palawan !

Cette semaine, c’est Julie,  une des Cocottes de l’agence de wedding planner les Cocottes dont je vous avais parlé dans cet article, qui nous fait découvrir sa destination de voyage de noce : le Vietnam et l’île de Palawan aux Philippines. Comme dans chacune des fiches faites ici,   Julie vous donne toutes les infos pour organiser votre voyages, ses conseils,  ses adresses, les avantages et les inconvénients de cette destination, son budget  bref, tout ce que vous avez besoin de savoir pour choisir (ou pas) une destination, expérimentée en conditions réelles par une vraie mariée. Et bien sûr elle ressort ses photos pour vous montrer comme c’est beau et moi, je vous mets tous les liens utilses pour vous faciliter la vie.

 

 

POURQUOI ?

On s’était toujours dit (bien avant même d’émettre l’idée de nous marier) : « nous, pour notre voyage de noces, on se fera le Vietnam en sac-à-dos ! »

Pourquoi le Vietnam, parce qu’on aime l’Asie et parce que j’ai des origines vietnamiennes (oui je sais, ça ne se voit absolument pas) une partie de ma famille maternelle est née là-bas, au sud du Vietnam. Ca donc toujours été un rêve pour moi de découvrir le pays de mes origines et j’ai de la chance, mon cher mari rêvait d’y aller aussi !

Pourquoi en sac à dos ? Parce qu’on aime cette façon de voyager, de faire ce qu’on veut quand on veut sans nous prendre la tête avec une visite prévue à telle ou telle heure.

On cherchait où se reposer de notre périple de 15 jours au Vietnam. On a enchaîné avec une semaine aux Philippines car c’est vraiment une destination qui nous faisait rêver aussi ! En plus, c’était la bonne saison pour y aller et ce n’est pas très loin du Vietnam (Saïgon / Manille = 3h30, Manille / El Nido = 1h30)

DESCRIPTIF DU SEJOUR

Nous avons pris nos billets d’avion mi-septembre (il s’agit de notre cadeau de mariage qui a eu lieu le 1er juillet). Nous étions obligé de préparer un minimum le voyage car nous traversions tout le pays du nord au sud et nous prévoyions de rester plus ou moins 2 jours dans chaque ville, on ne voulait donc pas trop perdre de temps sur place à chercher où dormir.

Au Vietnam, nous avions prévu en deux semaines : Hanoi, la baie d’Ha Long, Hue, Hoi An, Nha Trang, My Tho (ville natale de ma grand-mère et de mon oncle) et Saïgon.  Pour tout organiser, nous avons passé beaucoup de temps sur les forums et nous nous sommes aidés du Routard. En cours de route nous avons éliminé l’étape de Nha Trang car nous avons adoré Hoi An et avons décidé d’y passer plus de temps (d’où l’intérêt de ne pas trop préparer le voyage et de partir en sac à dos)

Le but était de nous déplacer d’étape en étape avec le train de la réunification qui traverse tout le pays. Nous avons acheté tous nos billets de train en arrivant à Hanoï.

Pour la baie d’Along, nous avions réservé de Paris via une agence locale 2 jours et une nuit sur une jonque traditionnelle avec un groupe de 8 personnes.

Pour nos autres nuits au Vietnam, nous avions réservé, sans payer, nos hôtels de Paris. On avait prévu de petits hôtels à 10, 15 euros la nuit ou des Bed and Breakfasts.

A ne pas rater :

Hanoi : le quartier Hoan Kiem et le temple de la littérature

Hue : citadelle impériale en plein coeur de la ville et les différents tombeaux en dehors de la ville

Hoi An : la ville de nuit car elle est éclairée de milliers de lampions de toutes les couleurs c’est superbe! Ne pas hésiter a sortir des sentiers battus a vélo pour aller a la rencontre des gens

Saigon : la grande poste centrale et la cathédrale de briques rouges

A Palawan, nous avions réservé de Paris, les 2 premières nuits d’hôtel (au Four Season Hotel : sympa car jolie vue et la fille de l’accueil est très sympa mais trop excentré du village, la plage n’est pas top et le restaurant pas bon) en nous disant qu’on verrait sur place si on veut rester dans cet hôtel ou changer, et on a bien fait car on en a trouvé un bien mieux !

Nous sommes tombés par hasard, en nous promenant, sur le Cadlao Hotel (qui avait ouvert 15jours avant, il n’était donc pas encore référencé sur internet). Cet hôtel est super : il est situé à 5 minutes à pied du centre du village, le personnel très sympa, les chambres sont des bungalows spacieux, propres, sobres et jolis, le restaurant est bon, la vue splendide et la piscine à débordement qui donne sur la plage fait vraiment rêver!

Sur place nous avons fait les différents tours qu’ils proposent là bas (Tour A, B, C ou D : chaque tour est une excursion d’une journée, à 2 ou en groupe, pour découvrir différentes iles, plages et lagons, nous les avons fait à deux et on s’en est pris plein les yeux à chaque fois !). Ces tours coûtent environ 30 euros en tout pour une excursion en amoureux. Tout est compris, vous partez sur une Bangka avec deux locaux, le midi, arrêt sur une plage où ils vous préparent un super barbecue (poulet, poisson, porc riz, fruits…), et ils vous baladent d’île en île, de lagon en lagon. C’est vraiment génial et magnifique !

 

FICHE TECHNIQUE

Pour les vols :

- Paris/Hanoï direct (11h de vol) avec la vietnam Airlines que nous n’avons pas du tout aimé (c’était sale, les télés ne fonctionnait pas et le personnel n’est pas aimable)

- El Nido (Palawan) : Saïgon/Manille avec CEBU PACIFIC (sur laquelle je n’ai rien de particulier à dire) et Manille/El Nido avec Seair (rien à dire non plus juste qu’il faut s’accrocher car même si le vol ne dure qu’une heure et demi, on se retrouve dans ce minuscule avion de 18 places à hélices à la Indiana Jones donc quand on a peur en avion on n’est vraiment pas rassuré héhé).

- Manille / Paris avec escale à Kuala Lumpur avec la Malaysia Airlines, rien à dire c’était très bien.

On a fait le vaccin contre l’hépatite A et contre la typhïde. Rien contre le paludisme. C’était un choix, on savait avant de partir que les zones où nous allions à la période où nous partions n’étaient pas des zones à risques.

Pour le Vietnam il faut un visa (environ 70 euros), pour les Philippines c’est inutile pour un voyage de moins de 21 jours. Cependant, il faut quand même acheter son billet de retour qui sert de preuve de la durée de votre séjour. Si vous n’avez ni billet retour, ni visa, vous ne monterez pas dans l’avion.

BUDGET

6 000 euros en tout (dont 3 000 euros de billets d’avion)

Au Vietnam la vie n’est vraiment pas chère vous pouvez y manger pour 5 euros à deux un repas très correct et vous trouverez facilement des hôtels à 10 euros la nuit comme des hôtels luxe à 50 euros la nuit.

Au Philippines, à peine plus élevé, environ 10 euros pour un repas pour deux personnes et il y a des hôtels pour tous les budgets.

LES +

Au Vietnam : la vie est pas chère, ce n’est pas compliqué de se déplacer. Faire la traversée du nord au sud (c’est à dire du froid au chaud) était génial car chaque région à sa culture, son mode de vie.

C’est vraiment une destination faite pour les routards.

Nous avons adoré le côté authentique de ce pays.

A El Nido, Palawan : le cadre est superbe, les plages sont paradisiaques, les gens souriants et la vie détendue.

LES -

Au Vietnam : les gens sont durs, la politesse et la propreté ne sont pas leur fort, il faut s’y faire ! (surtout au nord)

La traversée est faisable en 15 jours mais c’est très fatiguant, je conseille de le faire en trois semaines où un mois si vous en avez la possibilité.

A Palawan : sur place, il n’y a ni banque, ni retrait et vous ne pourrez pas payer en CB. Vous pouvez échanger de l’argent au Art Café mais le taux est cher, il faut donc prévoir assez d’argent pour le séjour sur place.

Pour les tours, demandez à les faire à l’envers, ce qui vous évitera de vous retrouver avec tous les autres touristes. Ceux proposés par le Cadlao Hotel sont plus chers (environ 100 euros la journée) mais il y a une vraie recherche d’authenticité, avec eux, vous ne retrouverez quasi jamais avec d’autres touristes.

BONNES ADRESSES

Au vietnam :

- l’agence « Ethnic Travel » pour la baie d’Along car il s’agit d’une agence qui préconise l’authenticité. Avec eux : pas de jonque énorme comme vous en verrez beaucoup dans la baie, plutôt une petite jonque sur laquelle il y a une dizaine de cabine, un pont où vous mangerez tous ensemble de délicieux repas. Nous en gardons un très très bon souvenir, nous y avons passé noël, à discuter et nous amuser avec des gens des quatre coins du monde ! Vraiment génial ! Puis vous découvrirez un village flottant et ferez du kayak dans la baie.

Au Vietnam il faut savoir que tout est bon, même les vendeurs ambulants dans les rues ! A Palawan, je n’ai pas été subjuguée par ce qu’ils mangent (beaucoup de pates et pizzas)

Quelques restaurants qu’on a aimé :

Hanoi : Le highway 4 à Hanoï (classé chic, soit 10 euros en tout environ, c’est un restau où l’on mange assis par terre en tailleur, pour les grands comme mon mari, c’est bien pensé car en fait la table est dans un trou on peut donc glisser ses grandes jambes dessous).

Le brother’s café toujours à Hanoï (classé très chic, environ 15 euros, pour une repas buffet à volonté et c’est délicieux !)

Hué : le restaurant Ushi (environ 4 euros) où le porc au caramel est une tuerie ! Le Jardin de Y Thao (environ 10 euros), on vous sert 8 plats délicieux et le décor est très beau (vieille maison impériale, c’est magnifique).

Hoi an : le Sao Mai, nous y allions tous les midis, la jeune fille sa maman sont très gentilles et les repas sont délicieux, pas chers (environ 5 euros) et le restau est au bord sur la rivière.

Le Than Long, situé aussi sur le bord de la rivière, le personnel est très sympa et le poisson cuit dans la feuille de bananier est à tomber !

Saïgon : le Hoi An, cadre sympa, restau très chic de la capitale économique et c’est délicieux.

Pas d’adresse pour My Tho car nous avons mangé avec et chez ma famille.

El Nido : the alternative un restau pas très cher où l’on mange bien. Le BIG + : 2 petites alcôves au dessus de la mer, c’est très agréable et très confortable on peut s’y allonger, le top, je le conseille vraiment !

 

Crédits photos Julie, des Cocottes

 

Un très très grand merci à la Cocotte Julie pour son témoignage et les photos de ce superbe voyage de noces au Vietnam et à Palawan aux Philippines !

 

Nuit de rêve pour jeunes mariés #1

Grâce au lien que m’a envoyé la mariée en colère (merci Madame !), m’est venue l’idée d’une nouvelle rubrique dans la catégorie « voyage de noces ». Une rubrique où je vous montrerais un endroit incroyable pour passer une nuit ou plus de sa lune de miel.

On commence par les igloo en verre du Kakslauttanen Hotel en Laponie.

Une nuit la tête dans les étoiles, dans la neige mais au chaud, au pays des aurores boréales.

Et pour ceux d’entre vous qui voudraient un mariage hors de nos frontières, ils organisent des mariages, dans la neige, en haut de la colline… avis aux amateurs !

Vous connaissez des endroits de rêve comme celui-ci ? ou des adresses incroyables en France pour passer sa nuit de noce ? Ecrivez-moi !

Voyage de noces, destination Afrique du sud

Aujourd’hui, je vous invite à suivre en Afrique du Sud… le Groom and moi même !

C’est vrai, après tout, pourquoi serais-je la seule à ne pas raconter mon voyage ? Attachez vos ceintures et préparez vos jumelles, les big five vous attendent !

 

POURQUOI ?

Le Groom, les vacances et moi, c’est très compliqué. Il veut aller partout où je ne veux pas mettre les pieds (comprendre partout où il fait moins de 15° l’été) et il déteste les destinations dont je rêve (comprendre toutes les destinations où il fait + de 35° l’été ). Résultat, chaque départ en vacances est l’objet d’âpres négociations mais nous avons fini par trouver un terrain d’entente sur quelques pays d’Asie. Nous ne nous battons plus que pour les petites vacances à coup de Marrakech contre Edimbourg.

Bref, tout ça pour vous expliquer que nous sommes partis en voyage de noces en Afrique du Sud.

Le rapport ? Strictement aucun. Enfin, si,  l’un de nous a dit « et pourquoi pas l’Afrique du sud », l’autre a répondu « ah oui, tiens, bonne idée » et nous avons sauté sur l’occasion de ne pas nous prendre la tête pendant des mois sur fond de « fais une liste de ton côté, je fais la mienne et on verra bien si on a des trucs en commun ». Réponse : non.

 

DESCRIPTION DU VOYAGE

Autotour de trois semaines avec donc voiture de location et (beaux) hôtels réservés. 4 jours au Cap (à l’ouest du pays), deux jours au Drakensberg (au centre) et le reste à l’Est, vers les réserves animalières nationales et privées.

Hébergement de très bonne gamme à carrément luxe. Nous avons fait notre liste de mariage chez voyageur du monde qui ne propose pas d’hébergement moyenne ou basse gamme. C’était notre voyage de noces, on avait envie d’un peu de luxe. Du luxe à notre échelle à nous : nous n’avons jamais eu de piscine privée par exemple le plus luxueux que nous ayons eu c’est une douche sur la terrasse (seuls les éléphants pouvaient nous voir, je précise).

L’itinéraire exact : :  Le cap – Durban (vol intérieur) - Drakensberg – Durban – Santa Lucia – Hluhluwé – Swaziland – Parc Kruger – réserve privée – Graskop et vol de retour par Johannesburg.

 

FICHE TECHNIQUE :

Durée du vol : environ 12 h si pas d’escale. Aucun décalage horaire. Passeport en cours de validité, permis international à ne pas oublier (gros stress à trois semaines du départ). Traitement contre le palu conseillé dans la région des parcs. Mais en septembre, les seuls bestioles que nous n’ayons pas croisé une seule fois sont bien les moustiques. Pas de vaccins obligatoires mais sont recommandées la typhoïde et l’hépatite A.

En septembre, températures fraîches au Cap et dans le centre du pays (15 à 20°) et chaudes à l’Est (environ 30°).

La saison idéale pour y aller se situe entre mai et octobre pour voir les animaux : les points d’eau sont plus rares donc les animaux plus concentrés et les arbres n’ont pas de feuille (et oui, plus facile de voir guépard dans un arbre sans feuilles qu’avec). De juin à septembre, on peut voir des baleines depuis la côte (à Hermanus).

BUDGET : 8000€ pour deux.  6000€ via voyageurs du monde comprenant les vols (dont un vol intérieur Durban / le Cap), la voiture et tous les hotels avec petits déjeuners. Sur place, nous avons dépensé je crois 2000€ en essence, entrées dans les parcs, nourriture, ce qui me semble énorme mais les relevés bancaires sont là pour en témoigner…

 

LES +

Les paysages magnifiques et changeants : côtes, montagnes, savane, cascades, forêts, falaises, plages, rivières. Le nombre d’espèces qu’on peut observer dans un seul pays : baleines, éléphants, girafes, lions guépards, girafes, crocodiles, hippopotames, rhinocéros, manchots, singes, sans comptez les dizaines d’espèces d’oiseaux et d’antilopes.

L’impression d’être au bout du monde : le cap de bonne espérance ayant beau n’être pas du tout à la pointe de l’Afrique comme tout le monde le pense, ça reste quand même un grand moment de se savoir là.

Les animaux, of course ! Nous nous en sommes mis plein les yeux pour le reste de notre vie. Je vous garantis que lorsque vous êtes dans votre petite voiture, seuls sur une piste, entourés d’arbres (avec des feuilles, ceux là !) et que vous entendez brusquement quelque chose d’ énorme écraser des branches, vous vous figez, vous avez le cœur qui bat et je ne vous parle pas de l’exultation quand vous apercevez l’auteur du boucan : un éléphant, à 15m de vous.

Notre ahurissement lorsque nous sommes tombés sur « nos » premières girafes, aperçues au loin au milieu de la route (à ne pas confondre avec des poteaux télégraphiques ! voir photo plus bas)

Le spectacle hallucinant  d’une mare au tour de laquelle des éléphants se roulaient dans la boue, 200 buffles buvaient, 5 hippopotames faisaient la planche. Des antilopes, des zèbres, la totale.

Dans les réserves nationales, notamment le fameux parc Kruger, vous vous baladez tout seuls dans votre voiture, au petit bonheur la chance. Vous pouvez rester trois heures sans rien voir d’autres que des antilopes et bim ! au détour d’un virage tomber sur un rhinocéros ou un troupeau d’éléphants. C’est un truc de dingue. Interdiction de sortir de la voiture, forcément, sauf dans des endroits très précis. L’aventure, quoi ! Enfin l’aventure en voiture, disons.

Un des seuls pays africains où voir des animaux ne coûte pas les yeux de la tête (toutes proportions gardées : c’est un voyage qui coûte cher), grâce à des hébergements pour toutes les bourses, des parcs nationaux où on peut sa balader seul.

 

LES –

La nuit qui tombe tôt (18h) et l’absence d’endroits animés pour sortir rendent les  soirées trèèèèèèèès calmes.

Les recommandations de prudence exagérées des sites (ministères des affaires étrangères), guides, amis divers qui vous expliquent tous qu’en gros si vous descendez en dessous de 50 km/h en voiture (je ne vous parle même pas de descendre de voiture !) vous allez forcément mourir assassinés et/ou détroussé. Sérieux, c’est très flippant, on a même à un moment carrément regretté d’avoir choisi cette destination.

Au final, je vous jure qu’on peut parfaitement rouler la nuit, sortir dans les rues du Cap y compris la nuit sans problèmes. La prudence s’impose mais pas la parano.

Les restes d’apartheid encore très visibles. C’est simple, dans un hotel, un blanc vous accueille et un noir porte vos bagages. Les maisons des blancs sont cossues entourées de barbelés et celles des noirs sont en tôle et regroupées dans les townships (qu’on pourrait comparer aux favelas plus connues).

A force d’être systématiquement servis par des noirs, nous avons eu l’impression d’être mis de force dans une position dominant / dominé. Nous avons en revanche traversé le Swaziland, pays dans lequel il n’y a jamais eu d’apartheid. Tous les habitants étant noirs, forcément on a été aussi servis par des noirs, au restaurant, dans l’hotel. Mais comme le gérant, le patron, sont noirs aussi, on a un rapport de client à restaurateur ou hotelier, ce n’est pas du tout la même chose.

Et notre coup de gueule du séjour : la réserve privée ! C’est LE truc pour les amoureux : hébergement de rêve, prise en charge totale (en fait, on déteste ça). mais là encore, assez perturbant d’être systématiquement servis par des noirs (touristes uniquement blancs). Et les safaris… Imaginez vous une grands jeep sans toit (Tintin au Congo, vous situez ?) conduite par un ranger blanc, transportant des blancs, avec sur un petit strapontin installé sur le capot (oui oui ! le capot !!) un noir. La raison invoquée est qu’il voit mieux les animaux de là mais quand même…

Ce qui nous a beaucoup déplu, c’est la façon d’approcher les animaux dans cette  réserve privée. Le ranger sortait de la piste, poursuivait les animaux, leur barrait la route, leur mettait ses phares en pleine tête. Les pauvres animaux ont visiblement l’habitude d’être observés de très près. Imaginez un couple de lions occupés à reproduire l’éspèce entouré par trois jeep braquant leur phares sur eux, avec une bonne trentaine de flashs qui crépitent. Horrible. Que dire de ce léopard neurasthénique couché en travers de la piste, lui aussi entouré de trois jeep ?

Pour info, le léopard est l’animal le plus sauvage et le plus difficile à observer en théorie, la preuve le seul que nous ayons vu dans le parc national :

(J’ai un bon zoom : entre moi et le léopard il y a une rivière et 300 bons mèetres)

Bref, vous l’aurez compris, la prochaine fois qu’on veut voir des animaux de cette façon, on ira au zoo. Les réserves nationales, y’a que ça de vrai !

 

ADRESSES / BONS PLANS

Au Cap ou depuis le Cap :

-          Grimper sur Signal Hill, une colline qui offre une vue sur la ville, la côte et la montagne de la table

-          Se balader dans le quartier de Bo-Kaap, le quartier musulman et ses maisons colorées

-          S’arrêter sur la route du cap de bonne espérance pour aller voir les otaries à Hout Bay en bateau

-          Visiter Roben Island, l’île/prison dans laquelle Nelson Mandela a été enfermé pendant 26 ans. Pas super gai mais pas plombant non plus. Emouvant, surtout. Et puis la vue sur la ville depuis le bateau qui y mène est splendide.

-  un délicieux restaurant ethipien au Cap : Addis in Cap. A signaler parce que… hum… la gastronomie sud africaine ne nous a pas laissé de souvenirs impérrissables, sinon.

Au Cap ou à Durban, visiter l’aquarium de la ville. Géant !

Ne pas négliger le Drakensberg, une région de montagne où on peut faire de magnifiques randos. Au pas de course derrière un guide croisé chamois mais ça, c’est une autre histoire.

Souvent pour aller au parc Kruger on fait étape au Swaziland. Dans ce cas, je conseille de dormir au Malandela Bed and Breakfast à Malkerns un petit coin de paradis pour moins de 60€ la nuit.

S’offrir une balade à pied avec des rangers au parc Kruger. Des rangers qui connaissent leur métier et sont hyper respectueux de l’environnement et des animaux. Le jour qui se lève avec vous au milieu du paysage, vos pas dans ceux du ranger qui vous montre les empreintes d’animaux et vous apprend à distinguer une crotte de lion d’une crotte d’hyène (si, ça peut servir !). Un souvenir inoubliable.

Ne négligez pas l’équipement et offrez vous ou empruntez de bonnes jumelles, une paire chacun, car ce n’est pas humain d’attendre sagement que l’autre ait fini de regarder le lion pour ne voir que le bout de sa queue quand c’est votre tour. Car certains animaux sont rares, vous ne les verrez qu’une fois, voire peut être pas du tout. Alors lune de miel ou pas, on ne partage pas les jumelles.

Le Cap

Drakensberg

Péninsule du Cap et Hermanus

Parc Kruger et Hluhluwé

 

Voyage de noces, destination Road Sixty-six !

Aujourd’hui nous transersons l’Atlantique pour démarre notre voyage à Chicago et nous faire une petite place dans la valise d’Alice, la blogueuse de Weddingland et de son mari, le long de la mythique route 66.

Je ne vous en dis pas plus, je vous laisse lire le récit d’Alice, dont la très belle plume vous fera vivre ce périple de légende comme si vous y étiez.

Un road-trip sur la route 66, itinéraire mythique reliant Chicago à Los Angeles (la plage de Santa Monica pour être exact). Officiellement rayé des cartes depuis 1985, ce tracé, long de 3600 km et qui traverse 8 états, survit grâce à une poignée de passionnés déterminés à se battre pour qu’il ne tombe pas dans l’oubli. Comme en leur temps, les colons, les exilés de la grande dépression, et les millions de vacanciers qui l’empruntaient dans les années 50-60, nous avons choisi de faire le chemin d’est en ouest. Celle que l’on appelle aussi « Mother road », « Main Street of America » ou « Will Roger’s Highway » c’est un peu tout ça à la fois : la ruée vers l’or, les cow-boys et les indiens, les drive-in (cinémas en plein air), les motels, les stars des années 50 (Marylin, James Dean…) Un bric à brac de souvenirs rétro, une machine à remonter le temps rythmée par les motels – rénovés ou en ruine – les enseignes rouillées, les villes désertées, les stations hors-service, les petites villes et les mégalopoles tentaculaires. Une route têtue qui  s’élance à la conquête de paysages immenses, tantôt verdoyants, tantôt arides. Un itinéraire fantôme qui slalome entre les icônes du passé. Mais c’est aussi un jeu de piste. Car seuls quelques tronçons arborent encore le mythique écusson « Historic Route 66 ». Destituée de son statut d’autoroute (elle a été supplantée par un réseau autoroutier flambant neuf), la 66 est devenue une suite de départementales. Sur 90% du trajet, il faut  donc la traquer, panneaux et guides aidant, à chaque carrefour, à chaque coin de rue. Dans un état, elle se nomme I-40, un peu plus loin, elle se dérobe sous le nom de Highway 273… et traverse des villes qui, parfois, peinent à survivre sans l’afflux de voyageurs qui transitaient autrefois. Au bout du chemin, une belle aventure et la découverte d’une Amérique authentique, rurale, décalé, méconnue.

 

POURQUOI ? 

Une route pour commencer, notre route… c’était une symbolique qui nous plaisait. Et puis, nous n’avions pas envie d’un séjour mojito-coco punch dans un ressort planté sur un lagon. Nous avions envie d’un voyage plus original, plus marquant. L’idée de la route 66 est venue très naturellement, c’était un projet qui nous trottait dans la tête depuis longtemps, chacun de notre côté.

 

DESCRIPTION DU SEJOUR 

Nous sommes partis trois semaines, de mi-juillet à début août. Ce n’est pas forcément la meilleure période, car il fait très chaud. Mieux vaut privilégier mai, juin ou septembre. Nous avons atterris à Chicago où nous avons loué une voiture que nous avons rendue à Los Angeles (moyennant 500$ pour location « one way »), d’où nous sommes repartis. Sur place, nous avons alterné motels, hôtels et camping tout au long du trajet. Trois semaines, c’est un minimum si l’on veut profiter un peu. Les distances sont gigantesques (temps estimé x 2 = durée réelle). Et encore,  nous sommes rarement restés plus d’une nuit dans un même endroit. C’était un voyage intense et fatiguant mais cela valait vraiment le coup ! Nous avons roulé en moyen six heures par jour, parfois trois ou quatre et parfois douze (prévoir une longue playlist).

 

Typiquement, nous partions le matin, pas trop tard après un bon petit dej, et puis nous prenions la route, en nous arrêtant souvent, pour prendre quelques photos (trop dirait une certaine mauvaise langue de ma connaissance J), se balader, boire un coup, visiter une ville, un musée, faire du shopping. Et le soir, une fois arrivés à l’hôtel, nous préparions l’étape suivante, et nous sortions un peu dans le coin. Un soir nous sommes allés voir un film dans un drive-in d’époque : une expérience surréaliste ! (FIY : pensez à nettoyer le pare-brise avant d’aller dans un drive in J).

 Nous n’avions réservé que les trois premières nuits à Chicago, la nuit dans le Grand Canyon et les trois nuits à Los Angeles. Le reste du temps, nous réservions par Expedia ou E-bookers, la veille ou l’avant-veille. Et le charme de la réservation à la dernière minute, me direz-vous ? Tout est complet (surtout l’été), ce n’est pas économique, c’est une perte de temps et une source d’énervement (convaincu ;) ?)

 Sur le trajet, nous avons fait quelques petites infidélités à la route 66 : le Canyon d’Amarillo au Texas (une erreur – il est au grand canyon, ce qu’une Twingo est à un cinq tonnes), le Grand Canyon, Monument Valley, Antelope Canyon et Las Vegas (gains : 13 cents).

 A Saint Louis, nous avions pris rendez-vous avec une photographe pour faire une session de couple. Nous avions envie d’avoir au moins une ou deux photos sympa de notre voyage de noce. Or, quand il ne s’agit pas de ses photos, le touriste est souvent un piètre cadreur… Même quand on le sélectionne bien (c’est  un mystère de la vie, un peu comme les chaussettes orphelines…) Non seulement nous étions ravis des photos, mais nous avons rencontré une photographe adorable, Michelle d’Under Grace Photography qui nous a fait découvrir sa ville. A quand des honeymoon sessions sur les blogs ;) ?

 Les étapes du trajet: Chicago, (3 jours), Springfield, St Louis, Cuba, Joplin, Clinton, Amarillo, Palo Duro, Santa Rosa, Santa Fé, Gallup, Flagstaff, Monument Valley, Page, Grand Canyon, Las Vegas, Los Angeles, Santa Monica.

 

FICHE TECHNIQUE

A l’aller : Paris-Chicago en passant par Frankfort : 11h30

Au retour : Los-Angeles-Paris en passant par Montreal :12h55

Pour les Etats-Unis, il y a peu de formalités : pas de vaccin, visa touriste (ne pas oublier de remplir l’EFSA obligatoire). Pensez juste à faire faire un permis  de conduite international avant de partir (gratuit en préfecture). Prévoir beaucoup de crème solaire et un GPS (la location du GPS est hors de prix, mieux vaut en acheter un en France).

 Guides à acheter avant de partir : Route 66, Le Petit Futé et EZ 66 Guide for Travelers, Jerry McClanahan

 

 BUDGET

 En tout pour deux personnes : 7000€

Avion : 2000€ (pour deux)

Location de la voiture : 1200€ (incluant les 300€ de frais pour location « one way »)

Hôtels : comptez environ 50€/la nuit, camping, 15€/la nuit

Repas: junk food à emporter très abordable, en revanche dès que l’on s’assoit l’addition grimpe (il faut ajouter les taxes et le pourboire (20%))

 

LES + 

La découverte de l’Amérique profonde.

Chicago, une ville agréable, jazzy, arty.

Les paysages à couper le souffle.

Les orgies de burgers/sundae/brownies et le coca cola en perfusion (enfin pour nous c’était un + ;) )

Les rencontres amusantes avec des personnages hauts en couleur qui tiennent des diners, motels et boutiques le long de la route

Le côté vintage : la sensation de rouler dans un vieux film des années 50 (drive-in, vieux motels…)

 

LES - 

Les tronçons de la route qui longent l’autoroute.

Les villes traversées qui sont souvent décevantes comparées au paysages, mais heureusement, sauvées par la présence de quelques diners et de vieux motels.

La fatigue et les distances!

Le réseau routier tentaculaire de Los Angeles. La ville est grande – trop grande (comptez une heure minimum pour aller d’un point à un autre) et encombrée, rien n’est regroupé, bref l’enfer et il n’y a pas de transports en commun. Hollywood Boulevard n’a aucun intérêt, si ce n’est de pouvoir dire « j’y suis allé », idem pour Rodeo Drive et Sunset Boulevard. Par contre, les plages sont superbes.

 

BONNES ADRESSES / BONS PLANS 

Le Wicker Park Inn à Chicago. Une superbe pension, très bien tenue, accueillante et bien placée.

Le Drive In rénové de Spingfield

Le Blue Swallow Motel à Tucumcari, un motel d’origine très bien rénové, les propriétaires sont charmants.

Le restaurant et/ou l’hôtel du Big Texan Ranch à Amarillo. Dîner gratuit pour qui relève le challenge d’engloutir 2 kilos de viande rouge + un pomme de terre (OGM la pomme de terre) en moins d’une heure attablé au milieu de la salle sur une estrade ! Touristique mais à voir.

Hôtel El Rancho à Gallup qui a vu passer une ribambelle d’acteurs de Western dont les portraits, style Harcourt, tapissent les murs.

Ne pas rater l’étonnant (et méconnu) Antelope Canyon, creusé par l’eau.

Le Diner Snow Cap, Main Street, Seligman

 

 

Merci Alice !

Alice,  je vous en ai déjà un petit peu parlé, je vous ai dit qu’elle écrivait bien, qu’elle avait plein d’adresses à partager, qu’elle abordait le mariage avec une vraie envie de creuser le sujet et de vous donner des infos. Un blog vraiment documenté, avec du bon goût à l’intérieur. En plus, elle a plein d’humouret elle écrit très bien (je l’ai déjà dit peut être ?).

Il se trouve, cerise sur le wedding cake qu’Alice est en plus super sympa, j’en atteste personnellement.

Alors si vous étiez passés au travers vu que ça fait trois fois que je vous le dis, allez voir son blog.