Cha’ann, créatrice d’ happy robes

Aujourd’hui, je suis particulièrement heureuse de vous présenter une jeune créatrice girondine : Cha’ann, qui invente, crée, coud, assemble des robes pleines de petits détails, de matières, de trucs et d’astuces pour des mariées qui veulent se reconnaître dans leur robe, bouger, danser, et porter une robe fabriquée avec le coeur.

Découverte grâce à l’amie d’une amie qui s’est mariée dans une de ses robes, je suis rentrée dans l’univers frais et malicieux d’Anne-Charlotte, où robes de mariées à tiroir côtoient des créations acidulées parfaites pour invitées d’un mariage à la campagne.

Quel est votre parcours ?

J’ai fait une école de stylisme-modélisme juste après mon Bac en 2001. L’école m’a dégoûtée du métier en accordant une place trop importante au « réseau » que nous devions nous créer, au marketing, et en mettant un peu de côté la création, ce qui me plaisait le plus. J’ai donc fuis l’univers de la mode à grandes enjambées. J’ai travaillé, je me suis mariée j’ai donné naissance à mon fils et j’ai divorcé avant de revenir, en 2005, vers le textile en créant ma première petite griffe: Refée. Je faisais alors essentiellement de la customisation, et ça me plaisait. En 2009, j’ai eu envie de retourner à de la création pure, j’ai pris ma première commande de robe de mariée, « Eva », et j’ai crée Cha’ann (Anncha à l’envers). Aujourd’hui, j’ai l’impression d’avoir trouvé un équilibre: je fais un prêt-à-porter qui me ressemble, je crée sur mesures et customise à l’occasion selon les demandes, et je m’éclate chaque été sur les robes des princesses.


Pourriez vous définir une « mariée Cha‘ann » ?

Une mariée Cha’ann est d’abord une mariée unique. Chaque modèle est crée avec ma cliente de A à Z. On y retrouve donc un peu les rêves de la future mariée, et les inspirations Cha’ann: de la douceur, des morceaux de dentelles vintages remplies d’histoires, et probablement un petit côté rebelle. J’aime bien quand elles me disent: « je ne veux pas ce qui se fait en ce moment »


Quel est votre style ?

Si le personnage de Cha’ann existait vraiment, je crois qu’elle serait une femme super joyeuse, avec des cheveux arc-en-ciel, un peu espiègle et très curieuse, une qui n’en fait qu’à sa tête. Ça serait presque notre petite voie, dans notre tête, qui nous chanterait « même pas cape de porter cette jupe à pois avec ce top rayé! » avec un air de tralalalalèreu. J’essaie de faire des vêtements en pensant à cette nénette. La pièce Cha’ann de votre penderie, c’est celle que vous mettriez pour être de bonne humeur, enfin c’est ce que j’aimerais. J’attache aussi de l’importance au confort: aucune jupe qui gratte, que des tops tout doux, et des robes de mariée dans lesquelles on se sent comme dans des chaussons, pour n’avoir à penser qu’à danser!

une robe longue pour la cérémonie…

… se raccourcit le soir pour mettre le feu à la piste !

Quel est le processus de création d’une robe ?

Les robes de mariées sont crées, comme je le disais, de A à Z avec ma cliente. Il nous faut donc pas mal de rendez vous, rien que pour « s’entendre ». (en comptant les essayages, au moins 5), et beaucoup de mails échangés. On commence par faire connaissance, ma cliente me montre les images qu’elle a glanées, qu’elle aime, me montre ce qu’elle déteste, me donne les mots-clefs de son mariage, me présente son univers et son futur mari (à qui doit plaire la robe également)… Et puis ensuite, je lui fais des propositions, elle valide, elle modifie, je modifie, et de fils en aiguilles, la robe prend forme. Comme je ne crée pas de collection pour l’instant, j’ai souvent à faire des choses nouvelles. Pour la robe de ci-dessus par exemple, je n’avais encore jamais fait de dos nu près du corps. Il y a donc un travaille de moulage effectué directement sur la mariée, ce qui peut prendre du temps, mais c’est un vrai plaisir pour moi qui adore mouler!

Qu’est ce qui vous plaît dans votre métier ? quelle est votre « philosophie » ?

Grâce à ce métier, je fais ce qui me plaît, et ce que je veux (si on exclue la comptabilité). Quand je dois me lever à 5h30 le matin pour être sûr de boucler les commandes, ou passer la nuit sur un modèle pour qu’il soit parfait le lendemain, je le fais volontiers, et avec une grande motivation, car à la fin du mois, quand je dépose une pièce sur le compte de mon fils pour son permis plus tard, je me dis toujours que c’est grâce à mes mains (et à mes choupi-clientes), et j’avoue que je suis assez satisfaite.

Dans la création, deux choses m’intéressent: d’abord le côté thérapie. Il pleut, le ciel est gris? Je mets du rose sur une jupe. Je ne pars en vacances que dans deux mois? Je place un dauphin et des grains de sable au bas d’une robe. C’est magique l’effet sur le moral! Et aussi, le côté challenge: faire des vêtements qui vont plaire. Car c’est également ça. Et ça me plaît vraiment: rassembler plein d’indices, les tendances, et en faire des choses à soi, des vêtements qui vont être portés.

Enfin, le plus important dans la création de robe de mariée, c’est l’émotion. Lorsqu’on se rencontre pour la première fois, lorsqu’elle essaie la robe version finale, lorsque la maman de la mariée vient jeter un oeil et découvre sa fille lumineuse. Et puis lorsque je vois, plus tard, les photos du mariage avec le mari et tout le monde ému… Ça, c’est du bonheur en béton armé!

Quel est le budget à prévoir pour une robe de mariée ?

Toutes les robes que j’ai crées jusqu’à présent n’ont pas dépassé la barre des 1000 euros. 700, 800, 900… C’est à peu près ça. Généralement, les mariées me donnent leur budget, et moi j’essaie de m’adapter. De trouver les tissus qui rentreront dans la case « matières », et j’adapte aussi mes techniques au prix. Je vois aussi lors de notre entretient qui précède les devis, si elle est prête à chercher elle aussi des tissus. Par exemple, les très jolies dentelles sont souvent un peu chères. Mais les dentelles vintage, elles peuvent aussi en trouver elles-même lors de brocantes par exemple. Si elles trouvent de la matière qui leur plaît, ça me fait gagner du temps, du coup ça coûte moins cher. Bien sûr, si une cliente me dit qu’elle a un budget illimité et qu’elle veut les plus jolis tissus du mon et un travail particulièrement fait à la main, on pourra s’arranger… 😉

A quoi ressemblera votre propre robe de mariée ?

Alors je ne peux pas en dire trop car l’homme qui est censé demander ma main dans les années à venir (!!!) lira cet article. Comme je suis « wedaddict », j’y pense souvent, j’ai un dossier inspiration épais comme un dictionnaire, et j’ai déjà commencé à piquer quelques morceaux de tulle. J’aimerais qu’elle soit un peu folle et sculpturale. Je la travaillerai beaucoup à la main, alors cela risque de me prendre deux bonnes années (ça lui laisse du temps pour se décider! 😉 )Bien sûr, elle sera unique, et à l’image de l’amour que je lui porte: huge! Elle sera probablement ivoire, mais avec quelques touches de couleur soutenues dans les accessoires. Je crois qu’elle sera mouvante aussi: des parties à défaire ou à ajouter durant le jour J… Il me tarde!

Monsieur Cha’anne, on te met pas la pression, hein, mais moi j’ai bien hâte de la voir cette robe-là !

Comme je vous le disais en introduction, Cha’anne crée aussi de jolies robes pour invitées ou pour tous les jours et même des costumes pour les messieurs !

Pour contacter Cha’anne : chaann@live.fr

Retrouvez ses création prêt-à-porter sur sa boutique a litte market

Related posts:

5 réflexions au sujet de « Cha’ann, créatrice d’ happy robes »

  1. J’ai l’honneur et le plaisir d’être une mariée Cha’ann et je suis bien contente de voir que l’on parle d’elle sur un de mes blogs chouchous!
    Cette jeune femme est une perle de gentillesse et de talent et même si son planning est déjà bien chargé elle se démènera pour trouver une p’tite place à vos envies! Longue route à Cha’ann!
    Bon et puis effectivement…No pression hein M. Cha’ann… Mais trop hate de la voir dans sa robe de princesse à elle!!

  2. Ping : Vrai mariage participatif : Claire & Pierre |

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *