Si c’était à refaire # Ludivine les Salons

Parce qu’avant d’avoir une école pour vous apprendre à épater vos invités en tournoyant sur la piste de danse pour ouvrir votre bal, Ludivine les Salons a été elle même une mariée, la porte lui était grande ouverte pour savoir ce qu’elle ferait « si c’était à refaire »…

menu mariage

intertitre a garder –          l’organisation un joli mas en Provence pour un mariage sur quasi 3 jours…la famille qui arrive à partir du mercredi, une soupe au pistou le vendredi soir avec tous les amis pour que ceux qui ne se connaissaient pas puissent se rencontrer, la nuit dans le mas pour tout le monde, et la journée du dimanche dans le même mas autour d’une anchoïade autour de la piscine.

Pas d’inquiétude pour prendre les voitures, un grand week-end entre amis dans la douceur du sud. Privilégié aussi par le fait que nous n’étions que 55 au repas donc on a pu profiter de tout le monde et ça c’est génial.

–          La dégustation des vins de la région entre le vin d’honneur (où nous étions très nombreux) et le dîner (où nous n’étions pas nombreux du tout) afin que les amis ou la famille qui n’avaient pas encore eu le temps de se rencontrer puissent le faire à ce moment là. Une table dressée dans la cour du mas sous une jolie guirlande lumineuse et des vins à découvrir.

–          L’organisation en 6 mois. Beaucoup nous ont  dit que nous étions complètement malades que ça ne passerait jamais.  J’étais à Montpellier, mon futur mari à Paris, et nous avons organisé le mariage à Séguret dans le Vaucluse…Aucun stress, nos parents nous ont aidé  sans jamais rien nous imposer, une organisation magique. Le 8 janvier 2008 on choisissait la date, le 28 juin 2008 on était marié  !

–          Le cortège pour aller de la maison de mes beaux-parents jusqu’à la mairie, mariage traditionnel en Provence puis tout le monde a fait le tour du village en cortège après la mairie. Ce qui nous a permis de faire les photos.

–          Demander d’avoir la gentillesse de ne pas nous apporter de fleurs (on a cherché longtemps comment ne vexer personne) parce que nous ne voulions QUE des pivoines roses….450 boutons préparés un à un par mon futur mari le matin du mariage pendant que je me faisais dorloter ! C’était magnifique ! buffet mariage rose Et aussi…les CD offerts aux invités avec nos plus belles chansons d’amour (à la place des dragées), mon frère qui a pu apporter son piano à la mairie et qui a donc joué lors de notre entrée et de l’échange des alliances, les photos de la veille et du lendemain avec des portraits super drôles de tout le monde, partir en voyage de noces 15 jours après le mariage, la baby sitter qui  a pris en charge les enfants et contenté les parents, les nappes en lin trouvées et patiemment teintes avec le rose que nous avions choisi par ma belle-mère…

 

intertitre a changer –          croire les vendeuses de robe de mariée qui m’ont dit que je ne trouverais jamais de robe pour le mois de juin vu qu’on était déjà en janvier. Je ne voulais pas de robe bustier et du coup j’ai plié de peur d’être vraiment trop en retard et de ne rien trouver

01-mariage-0041

–          Prévenir la cuisinière que nous étions à sa disposition pour le plat principal…Entre l’entrée et le plat, certains sont sortis pour aller fumer, il faisait très chaud, de discussion en discussion dehors le temps est passé…Notre adorable cuisinière pensait que nous irions la prévenir pour qu’elle serve la suite, et pendant ce temps on discutait dehors en attendant la suite…du coup ça a duré un peu.

–          S’offrir une jolie robe « qui fait mariée » pour le dimanche même si c’était au bord de la piscine. Une robe courte mais pour rester dans l’ambiance de la veille.

–          Ne pas avoir fait cette fameuse fête à Paris avec tous les amis que nous n’avons pas pu inviter dans le Sud.  Ca aurait été un peu comme un deuxième mariage mais le temps passant on ne l’a pas organisé.

–          Ne pas faire de photos de couple !! On a complètement zappé.  On a des tas de chouettes photos avec tous le monde mais on a pas pris un seul moment pour en faire rien que de nous deux.

 

Le 28 juin de cette année ça fera 6 ans…ça a été un jour d’une douceur absolument fabuleuse, rempli d’amour, de joie de franches rigolades et d’un bonheur indescriptible. Depuis ce 28 juin, j’ai toujours dit que c’était mieux qu’un mariage de rêve parce que les rêves font souvent imaginer des choses impossibles.

Je l’ai vécu bien plus beau que chacun de mes rêves n’aurait pu me le faire imaginer.

 

Merci Ludivine !

Vous le savez déjà si vous êtes un(e) habitué(e) du blog, Ludivine les Salons propose à Paris cours collectifs et particuliers de danse de salon, avec un savoir faire tout particulier en ouverture de bal.

Ludivine les Salons

23, Rue de Saint Pétersbourg, 75008 Paris
Métro Europe / Liège

Tél. : 06.68.74.15.13 / 09.72.33.68.49
Email : ludivine@ludivinelessalons-danses.com
Web : www.ludivinelessalons-danses.com
Facebook : Ludivine-les-Salons-ecole-de-danse

Si c’était à refaire #7 Pauline Franque

Dans ce nouveau volet de « si c’était à refaire », Pauline Franque, jeune photographe et jeune mariée dont je vous avais déjà parlé,  revient sur ses bonnes… et ses moins bonnes idées concernant son mariage.

J’espère que cette rubrique vous est utile ! Et je vous rappelle que si vous n’êtes ni blogueuse ni chroniqueuse ni photographe de mariage, vous êtes totalement les bienvenues ici pour partager votre expérience !

Crédit photos Fanny Joly

2014-02-28_0003 intertitre a garder Choisir un vendredi pour nous marier. Comme on a préparé le mariage en moins d’un an, on a pensé rapidement à la solution de se marier en semaine, afin de pouvoir avoir la salle et les autres prestataires qu’on voulait. On a même pu avoir une réduction sur la location de la salle ! Ce n’était pas si embêtant que ça pour les invités puisqu’on avait choisi de se marier pendant les vacances scolaires d’avril et nous avions prévu un Save The Date envoyé 8 mois avant, afin que les invités puissent poser un jour de congé si besoin. Cela nous a permis aussi de faire un weekend « pré-voyage de noces ».

Choisir ces prestataires : que ce soit pour la photographe, le traiteur, le DJ, la maquilleuse, la fleuriste, etc. Si c’était à refaire, ce serait avec les mêmes ! On a fonctionné au coup de coeur, tout en restant raisonnable. Certains prestataires étaient aussi des amies, je trouvais ça important et évident de proposer à  des personnes que j’apprécie de travailler pour mon mariage.

2014-02-28_0005 N’inviter que des personnes que nous connaissions et dont nous étions proches. Nous ne voulions pas d’un grand mariage avec 200 invités, avec la moitié qu’on ne connait pas. Au final, nous étions 80 (et encore au départ on avait prévu 60 mais on se laisse facilement emporter quand même) et c’était largement suffisant pour qu’on se sente à l’aise.

Avoir cette décoration, sur les tables notamment. C’était quelque chose d’important pour nous, cela donnait le ton du mariage, son caractère. On voulait une ambiance «campagne », avec un peu de romantisme. On a fait les bouquets nous même, avec ma maman et belle-maman, on a  choisi des contenants pour les fleurs en rapport avec le nom de chaque table, Pinterest a été d’une grande aide, ainsi que les blogs mariages.

Table Volière Faire la séance de photos de couple une semaine après le mariage. Niveau planning et météo, on a préféré faire ainsi, même si nous avons fait quelques photos à deux sur le lieu de réception.

2014-02-28_0002 Certaines personnes trouvaient ça bizarre qu’on fasse après car il faut se rhabiller, se faire recoiffer, maquiller.. .au contraire quel bonheur de ré-enfiler sa robe comme si le mariage se prolongeait ! On a pu faire des photos avec un beau soleil, dans une forêt comme on voulait et on a pris notre temps…

intertitre a changer Comme certaines mariées que j’ai pu lire sur les blogs, j’ai oublié de faire une liste des photos importantes. Honte à moi qui suis photographe !  Du coup dans l’effervescence, on a notamment zappé quelques photos de famille…j’aurais du donner la tâche à mes témoins qui connaissaient bien la plupart des invités, d’y penser à ma place. Il y a aussi certaines idées photos auxquelles on ne pense pas sur le coup…finalement la pluie qui s’est invitée au mariage, on aurait pu l’utiliser pour faire des jolies photos avec un parapluie .

Je prévoirais plus de bulles à la sortie de la cérémonie. Avant mon mariage, j’avais vu peu de mariages avec des bulles à la sortie, du coup je savais pas trop combien de flacons je devais acheter. On en avait acheté 5…c’était vraiment pas assez ! Il faut vraiment en prévoir une bonne vingtaine, ou alors une machine à bulle portative.

Je mettrais des appareils photos jetables sur les tables à la soirée. Histoire d’avoir plein de photos et parfois quelques dossiers !

Je préparerais un petit mot pour remercier tout le monde. Je suis d’une nature pudique, et je n’ai pas réussi à me lancer pour dire un mot à mon mari et à nos invités. Si nous avons quand même pu remercier tout le monde personnellement sur les faire-parts de remerciement, si c’était à refaire, je me serais lancée et j’aurais fais un tout petit discours.

 

 

 

 

Si c’était à refaire #6 Maria

Quand on est soit même un prestataire de mariage, forcément, on a de quoi s’inspirer toute l’année et un carnet d’adresse du tonnerre. C’est sûr que ça aide, mais ça ne fait pas tout. Et même quand on est dans le mariage jusqu’au cou, quand c’est le sien, il y a des choses qu’on referait tout pareil… et d’autres pas !

Avec honnêteté et beaucoup d’humour, c’est Maria, photographe du Studio Cabrelli qui se prête au jeu du « si c’était à refaire »…

mariage1 Bientôt 7 ans de mariage et pourtant, cette journée reste un souvenir merveilleux, qui nous suit, années après années, une parenthèse enchantée que l’on a plaisir à se remémorer, un moment de vie qui nous a apporté des émotions au delà de tout ce qu’on pouvait imaginer. Certes, je suis un peu lyrique sur ce coup là mais difficile de faire autrement, c’était tout simplement magique.

D’ailleurs je recommencerais bien.

Donc forcément, l’envie de participer à cette rubrique était irrésistible !

 

intertitre a garder

 * Se marier en semaine. C’était indispensable vu qu’une bonne partie de nos invités travaillait aussi dans le monde du mariage. Mais à part ça, l’avantage, c’est que c’est plus simple pour tout : tous les prestataires sont disponibles, on n’a que l’embarras du choix pour le lieu, on était seul à la mairie et pas à faire la queue derrière une vingtaine de couples, un sentiment d’exclusivité très agréable. (je précise qu’on était peu nombreux, une cinquantaine, et qu’on a organisé tout ça au mois d’août pour que tout le monde puisse se rendre disponible facilement)

mariage2 *  La cérémonie laïque en extérieur. On a essayé de faire les choses bien en y mettant du sens. C’était amusant car à l’époque, c’était en 2007,  les gens n’étaient pas très habitués à cette forme de célébration, heureusement qu’on avait cinq wedding planner invités qui étaient plus au fait de ce genre de coutume exotique et qui ont canalisé la chose. Ce fut aussi drôle que terriblement émouvant et on la referait exactement de la même façon.

*  Le brunch du lendemain. La journée est passée très vite (comme tous les bons moments !) et pouvoir continuer à passer du temps avec nos invités a été un vrai cadeau. Se marier nous a mis dans un état assez spécial, une sorte d’euphorie légère qui a contaminé toute l’assistance et j’ai un souvenir très amusant et touchant du lendemain où j’avais l’impression d’être au pays des bisounours, tout le monde s’aimait, tout le monde avait passé un bon moment, et, avec le manque de sommeil (et une légère gueule de bois) on était tous sur un petit nuage de bonheur avec un sourire de contentement niais scotché sur le visage. Surtout ne pas se priver de ce moment qui permet en plus   d’atterrir doucement avant le retour au monde réel.

*  Le quart d’heure snob : faire faire nos nappes sur mesure. Il était impensable pour nous que les pieds de tables soient visibles ou d’avoir ces simili nappes carrées (genre de torchon géant avec des plis, le comble de l’horreur) posées sur nos tables rondes. On a donc fait faire des nappes rondes qui tombaient jusqu’au sol (sans le toucher bien sûr) avec un tissus lourd et épais que l’on a pris soin de repasser à même la table, comme dans les grands restaurants. C’était le détail perfectionnistes/psychopathes du jour.

mariage3 *  Improviser et changer l’horaire de la cérémonie. J’étais en retard dans mes préparatifs, comme toute mariée qui se respecte (et j’en n’avais vraiment, mais alors vraiment rien à faire) et il faisait très chaud, beaucoup plus que prévu étant donné l’été pourri qu’on a eu. On était en pleine campagne et je me rappelle très bien être installée dans ma chambre, à boire du champagne et papoter avec mes meilleures amies, et entendre l’écho des rires de toute l’assemblée – dont mon futur mari – qui prenait le frais dans la piscine. Je ressens encore cette joyeuse ambiance de maison de vacances totalement réjouissante. A cause de mon retard et de la grosse chaleur, on a donc décidé de repousser d’une bonne heure la cérémonie, c’était facile car on était tous sur place et peu nombreux, et tout le monde a pu profiter pleinement de cette belle après-midi.

* Et aussi : engager une babysitter (les parents ont vraiment apprécié), choisir un super DJ, installer notre studio photo dehors, ne pas avoir servis d’alcool forts en after, une compile de nos chansons préférées en guise de cadeau invité.

mariage4   intertitre a changer * LE truc où on a vraiment été stupides c’est de ne pas avoir pris quelques jours off juste après ces moments géniaux. Donc on est sagement retourné chacun de notre côté photographier un reportage mariage…deux jours seulement après notre propre mariage et en plus, très loin l’un de l’autre géographiquement. C’était vraiment hyper bizarre. Prenez quelques jours après votre mariage même sans parler de voyage de noce, car retourner à la vie réelle juste après c’est super dur !

 * Le très gros regret et ratage: le traiteur. On a choisi notre traiteur trop vite. Ou plutôt, on avait un très bon rapport avec la commerciale, très pro, mais le jour j elle n’était pas là et c’est idiot, mais on n’y avait pas pensé. On a eu une équipe qui a pris notre mariage par dessus la jambe, il y a eu des tas de couac stupides uniquement du au fait qu’il n’y avait pas un bon maitre d’hôtel pour coordonner tout ça. Et puis, je suis honnête, le repas assis n’était vraiment pas bon, complètement différent de la dégustation, et pour des amoureux de la gastronomie comme nous, c’était tragique. Heureusement le cocktail était super, parce que c’est le gros budget d’un mariage et que j’ai vraiment eu le sentiment de me faire avoir. Ça n’a heureusement pas gâché la fête mais je leur en veux encore car c’est une entreprise connue qui a pignon sur rue, ça n’aurait pas du arriver dans ces extrémités là.

Essayez de choisir un traiteur par bouche à oreille ou de poser plein, plein de questions car perso on a fait confiance trop vite du fait de la notoriété supposée de l’entreprise.

 * Un détail qui n’aurait pas à être changé, mais auquel on n’avait pas du tout pensé : le ménage fait pour le lendemain et la mise en place du café et petit déjeuner. Les propriétaires du lieu ont été géniaux et ont tout mis en place pour notre réveil, on s’était quand même couché vers 5h et on s’est levé un peu avant 9h et tout était bien en place dans cette bâtisse baignée de soleil, c’était très, très agréable. C’était bien sûr compris dans la location mais j’avoue que je n’y avait pas pensé une seconde vu que le brunch était organisé dans le jardin : c’est quand même mieux de commencer la journée avec un café et un croissant plutôt qu’une salade de tomate avec un coca et c’est bien agréable de ne pas voir sa belle salle de dîner toute vide, en vrac et baignée dans les effluves d’alcool… Pensez bien, en fonction de la configuration de votre lieu et si vous y dormez, à voir comment s’organise le ménage pour ne pas gâcher le rêve de la veille.

  *Se prendre la tête avec le nom des tables. Si il y a bien un truc que personne n’a vu c’est bien ça. A le refaire, je numéroterais les tables, tout simplement. Au moins ça nous a fait vraiment marrer de voir tout le monde chercher sa place en passant entre les tables sans jeter le moindre coup d’œil à notre plan de table qui en plus était mal placé et totalement invisible.

 * Le ramassage des confettis : on avait prévu tout plein de gros confettis, ça vole partout, c’est beau, c’est la fête, c’est super. Tout le monde s’en est donné à cœur joie. Seulement après la cérémonie, ça ne s’auto détruit pas, ça ne s’envole pas dans les cieux pour vivre de nouvelles aventures. Non, ça continue à voleter mollement un peu partout au grès de la brise d’été et ça s’éparpille PARTOUT. Et il a bien fallu ramasser, c’était comique. On a bien essayé d’enrôler les enfants en leur faisant croire que c’était super fun de courir après des morceau de papiers mais malheureusement les enfants ont de petites mains, une capacité de concentration éphémère et surtout ils ne sont pas idiots, donc on a du se casser le dos tous ensemble, mais bon la gène fut légère … car il n’avait pas plu, sinon ça aurait pu être assez horrible en fait : imaginez des confettis dissous par la flotte réduits en miettes dans des graviers et de la pelouse, ça se ramasse comment ?

 

Et en prime Maria vous fait partager ses adresses :

Lieu de réception : le Château le Corvier à Vouzon (le site ne rend pas hommage à la beauté du lieu, ni aux merveilleux propriétaires)
DJ : Sébastien Presutti
Robes : Olivier Pétigny
Maquillage : Frédéric Leignadier
Coiffure : Murielle Palace
Faire part et menus : Intaglio 

Traiteur : Je ne préfère pas donner les coordonnées du traiteur, comme mon mariage date un peu, beaucoup de choses ont pu changer dans leur gestion…

Photographe : un ami très cher qui ne fait plus de reportage mariage

blog mariage

Merci Maria ! Vous pouvez la retrouver sur son site Studio Cabrelli  : ou sur son collectif Le groupe des dix.

Si vous aussi vous souhaitez partager votre expérience ici, que vous soyez jeune ou moins jeunes mariés, écrivez-moi à thebridenextdoor (a) gmail.com !

Si c’était à refaire #5… Hélène Fi(lle)ancée

La blogueuse la plus rêveuse du web s’appelle Hélène… Sur son blog Fi(lle)ancée, cette grande amoureuse partage ses coups de cœurs poétiques et romantique. Sur son blog Malotine, on découvre une autre facette, notamment  photographe et voyageuse de la belle Hélène.

Elle partage avec vous le bilan des choses à refaire absolument…ou pas, si elle se mariait demain avec le recul qu’elle a aujourd’hui.

{Photos Jonathan Udot}

Jonathan Udot (2) intertitre a garderLa préparation à la maison avec ma maman, ma sœur et ma témoin
Maquillage par une amie. Coiffure par ma sœur. Habillage par ma maman. Un chouette moment de préparation entre filles. Au calme. Avec mon papa qui passe pour faire des blagues. Mon frère qui regarde toute cette effervescence d’un œil intrigué. Minette – le chat – qui dort.
Puis départ en voiture chez l’Amoureux avec ma sœur au volant, ma témoin et Pauline notre photographe… 30 min de rigolade!

Jonathan Udot (3)
Écouter mes rêves de petit fille pour la musique
Depuis toute petite, j’imagine mes amis musiciens réunis pour jouer de beaux morceaux pendant la cérémonie religieuse. L’Amoureux me suivait dans ce rêve… C’est comme ça que j’ai retrouvé mes anciens professeurs de musique jouer la marche nuptiale, ma copine chanter Ave Maria… L’Amoureux m’a fait confiance pour toute cette partie!
Je ne voulais pas de DJ pour la soirée, mon ancien prof de saxo et ami est donc venu avec son groupe pour jouer de chouettes morceaux jusqu’une heure du matin avant de laisser place au DJ. De beaux souvenirs…

Jonathan Udot (5)
Un vin d’honneur simple et fait de nos petites mains
Je referais 13 litres de citronnade parce que les invités ont adoré en siroter dans des pots de confiture avec des belles pailles. Les amis venaient me voir en me demandant si je n’en aurais pas caché 1 ou 2L en plus quelque part.
Et je ferais confiance à nos mamans qui ont réalisé avec leurs petites mains tout un tas de choses délicieuses.

Jonathan Udot (4)
Le brunch du lendemain et le repas des témoins en haut de la montagne
Proposer à nos amis, familles de revenir le lendemain du mariage pour fêter l’anniversaire de l’Amoureux. Prendre le temps de parler avec chacun d’entre-eux, tranquillement. Le soir monter dans notre chalet en haut de la montagne avec nos témoins histoire de prolonger la magie du jour J et ne pas ressentir tout de suite ce grand vide d’après mariage.

Partir en voyage de noces 3 jours après notre Joli Jour
Des contraintes professionnelles ont fait que nous avons dû changer nos plans et partir en voyage de noces 3 jours après notre Joli Jour. 10 jours à New-York. Après 2 jours aussi intenses, nous n’avons finalement pas regretté de nous retrouver tous les deux, en Amoureux à l’autre bout du monde, pour repenser à notre Joli Jour !

 

intertitre a changer
J’aurais dormi avec mon Amoureux la veille du mariage
Nous avons voulu respecter la tradition et dormir chacun chez ses parents la veille de notre Joli Jour. Aussi pour des questions pratiques d’organisation. Finalement, je crois que j’aurais préféré dormir dans ses bras cette nuit-là !

Nous aurions pris un vidéaste
On prendrait un vidéaste pour pouvoir réécouter les belles chansons chantées par notre amie, pour revoir les surprises faites par nos invités, … et ce jusqu’au lendemain du mariage pour garder de jolis souvenirs du lendemain également. Si c’était à refaire, nous le mettrions en priorité avec le photographe.

Nous n’aurions pas pris de dj
J’ai toujours eu un mauvais à priori sur les dj, surement parce que je suis musicienne. Nous avions donc un orchestre jusqu’à une heure du matin, et ensuite place au dj. Pourtant recommandé par un ami. nous l’avions vu l’avant vieille pour l’installation du matériel dans la salle, et nous avions qu’une envie le faire déguerpir de là… nous aurions dû écouter notre instinct! En prenant le relais, ce monsieur a jugé bon de souhaiter un bon mariage à Hélène et Martin! Sauf que mon Amoureux ne s’appelle pas du tout Martin! Maintenant on en rigole beaucoup :)

J’aurais acheté ma jolie robe chez une petite créatrice
Pour ma robe, je savais exactement le modèle que je voulais. Une magnifique robe Célestina Agostino que j’avais découpé dans un magazine il y a une dizaine d’année. Quand j’ai fouillé un peu pour découvrir les prix de cette créatrice, je me suis dit qu’il valait mieux que j’oublie cette idée… avec beaucoup de regret. Puis je me suis tournée vers une petite couturière de village qui m’a fait une robe à l’image d’une autre robe qui m’avait tapé dans l’œil, l’originale étant hors budget.
Je me dis aujourd’hui que j’aurais aimé prendre le temps d’aller essayer de belles robes chez toutes ces petites créatrices qui aujourd’hui me font rêver.

Jonathan Udot (1)
Nous aurions demandé à nos invités de revenir au même endroit à la même heure 2-5-10 ans plus tard
Encore aujourd’hui, l’Amoureux et moi-même repensons à notre joli jour avec des étoiles dans les yeux. Un jour où le stress du quotidien, les soucis, le travail sont mis de côté pour profiter de ce bel amour qu’il y a entre nous deux, pour le partager avec nos proches.
Et je me dis aujourd’hui, que pour prolonger cette magie, nous aurions du lancer l’invitation. J’y avais pensé pendant les préparatifs et je me suis dit que cette idée étant complètement folle.

blog mariage

Merci Hélène ! Retrouvez -la sur ses blog Fi(lle)ancée, et Malotine !

blog mariage

Et si vous aussi vous avez envie de partager avec nous vos conseils « à refaire » / « à éviter », n’hésitez pas à m’écrire ! thebridenextdoor (à) gmail.com !

 

 

Si c’était à refaire #4 Madame Lutine

Robe blanche, dragées, mariage en été, repas assis et soirée dansante…..mmmmh…. très peu pour Madame Lutine, chroniqueuse chez Mademoiselle Dentelle ! Non non non, pour elle et son amoureux, ce sera… un mariage « médiéval forêt enchantée » !! (en gros, hein, c’est plus subtil que ça mais pour l’explication complète, il faut aller voir chez Mademoiselle Dentelle )

Forcément, quand on prend le risque de faire différemment, il y a des choses qu’on valide totalement et d’autre moins, avec le recul. Et tiens, il semblerait que pour Madame Lutine comme pour tous les mariés qui s’accrochent à leur propre vision du mariage, faire un mariage 100% ressemblant aux mariés ait été une bonne idée…

 

intertitre a garder Choisir ce thème (et donc aussi cette saison !)

Nous adorons l’univers médiéval et fantastique, nous adorons les lutins, les champignons avec des yeux… Notre saison préférée est l’automne, et ce que nous aimons particulièrement en cette saison, bien sûr, ce sont les arbres qui se parent de couleurs flamboyantes.

Il y a tout un tas d’autres choses qui nous parlent beaucoup à tous les deux, qui pourraient nous représenter, mais tout ça, c’est vraiment particulier. Et dès qu’on a parlé de se marier, il a été évident, sans avoir besoin d’en discuter, que ça serait notre thème !

Le petit peuple magique de la forêt, à l’automne, dans les temps médiévaux. (Eh oui, c’est un peu tarabiscoté, mais c’était tout ça à la fois !)

264

Faire un repas entièrement en buffet

Nous avons eu l’occasion de participer à un mariage avec repas en buffet, et nous avons particulièrement apprécié la souplesse que cela permettait : prendre seulement les aliments que l’on aime, se resservir, ou prendre une petite ration quand on n’a plus très faim. Et on peut récupérer les restes !

Prenez en plus de ça une mariée végétarienne et un marié qui a envie de canard, et vous obtenez l’évidence qu’un buffet, c’est PARFAIT.

Se marier sans convier toute la famille élargie

Ce choix tient initialement au fait que notre porte-monnaie ne nous permettaient pas d’inviter une centaine de personnes. En plus de cela, la famille de mon mari est grande, et la mienne, toute petite : ça aurait été très déséquilibré… De toute façon, nous ne sommes pas franchement proches des cousins…

Eh bien, c’était très bien ainsi. On aurait même pu convier encore un peu moins de monde finalement (nous étions une cinquantaine).

Ne pas faire de bal

Au début, j’ai réfléchi à engager un DJ. Quand mon mari m’a fait remarquer que ça n’avait aucun sens : il ne danse pas. Je ne danse pas. Nous n’aimons pas les musiques qui « font danser ». Moins d’un cinquième des invités aiment danser.

Décidément, on se laisse facilement embringuer dans des « ça se fait comme ça » sans même s’en rendre compte, et alors même que personne ne cherche à imposer quoi que ce soit !

Notre mariage s’est fini tranquillement vers une heure du matin, nous avons pu aller marmotter tranquillement, et ça n’a manqué à personne.
118

Que mon mari dessine chaque détail…

Je suis très, très fière de tout ce qu’il a réalisé. Bien sûr, il est graphiste, c’était logique qu’il s’occupe de la mise en page de chaque élément de papeterie avec soin. Mais en plus de cela, il a aussi sorti son crayon pour…
–    mettre en images ma robe, et en dessiner les broderies avec précision
–    faire LE motif que je voulais pour mon alliance, et le décliner pour la sienne
–    faire un dessin parfait pour mon diadème d’après mes croquis d’idées tout moches
–    notre faire-part très « lutinesque » (bon je le dis carrément : je suis fan de notre faire-part)
–    l’arbre à empreintes
–    notre save-the-date
–    notre sceau
–    la pochette de notre CD…

Je pense que la « teinte » de notre mariage doit vraiment beaucoup à son travail.393

Et un 6e point bonus : l’épouser, plus que jamais ! ♥

Je ne voulais pas me marier, pourtant, quand il a dit qu’il voulait m’épouser, on avait beau être ensemble depuis seulement 3 mois, je l’aurais épousé dans la seconde.

Et aujourd’hui, je l’épouserais bien chaque jour de ma vie si c’était possible !!!

249

intertitre a changer

Prendre du recul !

J’ai mal vécu mon mariage… A posteriori, je me dis que c’est peut-être dû au fait que c’était le premier grand chamboulement de ma vie. Et comme je suis vraiment très sensible, j’ai pris de plein fouet chaque couac de la journée !

Le jour J, toute à mon angoisse, je n’ai même pas pris conscience du fait que j’étais en train de me marier.

Alors un conseil, vraiment… Le jour, posez-vous plusieurs fois dans la journée, juste une petite minute, et prenez conscience de ce qu’il se passe : vous êtes mariée. Vous êtes entourée de vos proches. Tout le monde est souriant.  Votre mari est beau.

http://www.mademoiselle-dentelle.fr/ou-lon-ressasse-les-problemes-du-jour-du-mariage/

Déléguer

Sans avoir trouvé utile d’embaucher un wedding planner de prime abord, n’ayant plus de budget disponible pour le faire au moment où j’ai pris conscience que ça nous serait tout de même bien utile, je me suis trouvée un peu coincée.

Il FAUT déléguer, c’est mille fois vrai. Et comme il n’y avait malheureusement personne susceptible de tout coordonner… si j’avais su, j’aurais embauché un wedding planner qui aurait coordonné le jour J... et aurait ainsi pu « absorber » mon manque de recul.

 

Ne pas me prendre la tête sur les symboles

Pendant la préparation de mon mariage, et surtout de ma cérémonie laïque, j’ai imaginé des symboles pour chaque chose. Beaucoup. Trop, en fait. Pourtant, je ne suis pas superstitieuse ! (Je parle bien de symbole… pas de présage.)

Mais les choses ont la symbolique qu’on veut bien leur donner.

Lors de notre cérémonie, nous sommes entrés en tenant chacun une bougie. Celle de mon mari s’est éteinte en cours de route, et tout naturellement je l’ai rallumé avec ma chandelle. En imaginant ça avant, j’aurais frissonné à l’idée du symbole que ça serait. Sur le moment par contre, ça ne m’a pas traversé l’esprit une seule seconde !

 

Réfléchir à deux fois avant de m’emballer sur les trucs trop géniaux à la mode !

Heureusement, j’ai QUAND MÊME réfléchi, et en prime, notre budget n’était pas extensible à l’infini (et le temps des préparatifs non plus). Pourtant, j’ai cédé à la mode du candy bar. Et je n’aurais pas dû, plus d’un an après, il nous reste encore des stocks !

Or, je le SAVAIS que peu d’invités adoraient les bonbons… et nous non plus ! Je me suis mis des œillères parce que le concept est génial (là-dessus, je persiste et je signe), mais j’ai omis un détail : ça n’était pas adapté à la situation et aux personnes !

 

Prendre le temps de réfléchir sur chaque prestataire

Sans regretter nos choix pour autant, je me suis parfois un peu précipitée, par peur de ne pas trouver mieux, ou d’être en retard. Du coup, on n’a même pas cherché ailleurs ! Avec un mariage en novembre, on aurait pourtant pu se permettre d’attendre d’avoir cherché un petit peu plus.

blog mariage

Merci Madame Lutine pour ce retour ! Vous pouvez retrouver toutes ses chroniques sur le blog de Mademoiselle Dentelle.

Si vous aussi vous souhaitez participer à cette rubrique, que vous soyez tout juste mariés ou depuis plus longtemps, écrivez-moi à thebridenextdoor (a) gmail.com !