Le buzz du jour : les photos de la collection Manivet pour La Redoute !

La wedosphère ne résonne aujourd’hui que d’un seul nom : Delphine Manivet !

Et pourquoi cela me demanderez vous si vous avez hiberné ces dernières heures ? Et bien parce que Delphine Manivet a répondu à l’appel de La Redoute pour créer une minicollection (collection « capsule, pour les initiées) de robes de mariées(à ce propos, vous pouvez lire les réponses de l’équipe de comm’ Manivet aux questions de La-mariée-pas-trop-en-colère-aujourd’hui).

Deux minicollections, en réalité : une « couture », qui sera en vente le 28 février et une « bohème » en vente la 4 avril, avec du court et du long.

Ça, on le savait déjà mais là, on a des photos !

Personnellement, je ne suis pas une fan inconditionnelle des robes Manivet. Certaines me plaisent énormément, parce qu’elles sont fluide, en dentelle  et d’autres sont beaucoup trop « mode » pour moi et pour mon entourage.  Je pense sincèrement que ma mère aurait avalé son chapeau (et serait même allée jusqu’à porter un chapeau juste pour le manger, vu qu’en réalité elle n’en avait pas) si j’avais débarqué à la mairie en marcel/jupon. Quant à mon mari, je pense qu’il aurait cru que je n’avais pas retrouvé le haut de ma robe au moment de l’enfiler et pris le premier truc qui me tombait sous la main.

Mais déjà je trouve la collection 2012 plus accessible au commun des mortel (je parle en terme de style et non en termes de prix). D’autre part, je trouve que Delphine a dessiné pour La Redoute des modèles très simples mais avec « the Manivet touch », surtout pour la collection bohème : dentelles à foison, coupe ultra fluide,  superpositions, dos nu.

Je vous laisse juge :

Joli, non ?

Et les prix, me demanderez vous ?

Apparemment aux alentour de 200€ les courtes et 600 à 900€ les longues, ce qui est très raisonnable pour une robe de mariée, à confirmer au moment de la mise en vente.

Moi c’est très clair : je soutiens à fond cette initiative, mais quelques voix s’élèvent contre ce type de collection sans doute au motif que cela enlèverait du prestige aux créations « officielles ».

 

Vous en pensez quoi ? de la collection ? et du débat ?

Coiffure : des anglaises, vous êtes sûre ??

Il y a déjà un bon bout de temps Noëlle m’a écrit pour solliciter mon aide sur un point de son mariage qui la tarabuste : sa coiffure.

Le dilemme de Noëlle est le suivant : elle a les cheveux longs, bouclés et ses boucles forment naturellement des anglaises.

oui, oui, des anglaises…

Photos récupérées sur le site officiel d’Alison Arngrim qui vit en France

et fait une tournée dans les villages français avec un spectacle comique

qui a vraissemblalement du succès. Allisson, si tu me lis, Bonne année !

Bref, Allison n’a plus d’anglaises de puis longtemps mais Noëlle, si, et elle voudrait bien pouvoir les garder pour son mariage sans avoir l’air d’une quiche. Et bien Noëlle, j’ai beaucoup bossé, beaucoup réfléchi et j’en suis arrivée à cette conclusion : c’est pas gagné.

En effet, la bouclette et encore plus l’anglaise sont ( malgré tout le respect que je dois aux goûts de chacune et aux anglaises en général) totalement…ahem..passé de mode, dirons nous pudiquement.

Mais impossible n’est pas Next-Door et voici quelques images qui, si elles ne montrent pas toutes des coiffures avec anglaises, montrent des coiffures avec les quelles on pourrait imaginer quelques anglaises.

1- Melissa Dunstan photography / 2, 5 et 7 – Paul Sunday / 3 – source friends of jane (oui, le site des fans de jane Seymour, me demandez pas comment je suis arrivée là)/ 4 et 6 – source Lovehair.co.uk  un chouette site avec plein de photos /  8 – source become gorgeous / 9 – Source red lodge moutain resort via the knot

Pour éviter l’effet Nelly Olson, bon, déjà on évite la frange et les noeuds mais en plus, je crois qu’il faut mêler anglaises et boucles, ne pas les avoir trop serrée et n’avoir la forme anglaise qu’aux pointes, surtout pas depuis la racine sinon gare à l’effet tube.

La plupart de ses coiffures sont mi-attachées ce qui résout un autre problème de Noëlle qui est de ne pas avoir les anglaises dans les yeux quand elle va danser.

De toutes façons, j’ai un gros gros doute sur le chignon avec anglaises, je pense que c’est très très risqué.

Pour celles qui cherchent des sites et des photos, voici quelques clés (avec mon petit niveau d’anglais) pour faire vos recherches sur les sites anglophones :

cheveux bouclés : curly hair

anglaises : ringlets

coiffure mi attachée : half updo

cheveux relevés (chignon, quoi) : updo

coiffures de mariage : wedding hairstyle

Voilà, Noëlle et vous autres amies des anglaises, j’espère vous avoir redonné un peu d’espoir !

Si vous aussi vous avez une question, un doute, besoin d’un conseil, n’hésitez pas à m’écrire thebridenextdoor (a) gmail.com

FLTM : guirlande en papier (bis)

Vous vous souvenez peut être de cet article dans lequel une gentille américaine aux doigts de fée nous expliquais comment faire une guirlande avec des ronds de papier cousus.

Ca vous avait bien plu et à moi aussi, j’ai donc décidé de me lancer dans ce fait le toi même pour Noël avec l’assistance de Maman Next. Seulement voilà, rien qu’à l’idée de sortir une machine à coudre de son placard, j’ai des sueurs froides, rapport sans doute aux cours de couture de 5è où j’ai appris à détester ce genre d’engins, pas merci madame Machard, professeur d’EMT de son état (la même qui nous faisait faire de l’informatique sans ordinateur, ce qui explique peut être d’autres choses mais bref), j’ai donc opté pour la solution avec colle.

Objectif de cette déco de Noël : évoquer des flocons, être réalisable avec deux mains gauches et coûter le moins possible. Objectifs atteints.

Matériel utilisé : du fil à couture blanc, une feuille de papier « photocopieuse » blanche, une perforatrice à forme (que je possédais déjà, sinon l’objectif « zéro euro » n’aurait pas été atteint), de la colle et des ciseaux (juste pour couper le fil !)

 

Découpez des ronds dans la feuille blanche avec la perforatrice

Encollez un rond de papier et collez y le bout d’un morceau de fil de la longueur souhaitée pour votre guirlande

Collez un deuxième rond exactement sur le premier en emprisonnant le fil

Répétez l’opération, toujours en emprisonnant le fil, à intervalle régulier

(coucou le salon de maman Next !)

Le plus joli pour garder l’harmonie sans pour autant obtenir quelque chose de taillé au cordeau, c’est de faire des guirlandes de hauteurs différentes, qui démarrent à des hauteurs légèrement différentes, mais dont les éléments sont disposés à intervalle régulier.

Il vaut mieux prendre du papier un peu épais sinon le fil crée une petite bosse. Mais si c’est pour suspendre à + de 3m des yeux des invités, c’est inutile d’investir dans du papier épais, c’est l’ensemble qui fera de l’effet.

Suspendues à l’horizontal, en très grand nombre et avec de grands ronds (mais les perforatrices ont des limites), ça pourrait carrément habiller un plafond. mais il en faudrait des centaines.

Ca a de l’allure malgré son côté bidouillé avec rien, quand même, non ?

Voyage de noce, destination grand ouest américain

Aujourd’hui nous suivons Joséphine, jeune mariée, dans le grand Ouest américain, de Phoenix à San Fransisco en passant par le grand canyon et Las Vegas. Un voyage « on the road » entre déserts arides et premières neiges.

POURQUOI ?

Après de nombreuses hésitations, nous voulions partir juste après le mariage, soit fin septembre-début octobre. La farniente sous les cocotiers n’est pas vraiment notre style, nous avions plutôt envie de plein air et de grands espaces, après un été plutôt confiné entre des boulots exigeants et la préparation du mariage. On avait repéré un voyage au Canada mais la saison étant trop tardive, c’est la conseillère de Voyageurs du Monde qui nous a orienté vers le Grand Ouest américain… et elle a eu raison !

DESCRIPTION
Presque 3 semaines, trajets inclus.
On a récupéré avant departir un « roadbook » avec les bons d’échanges pour la voiture de location, les nuits d’hôtels et certaines activités réservées depuis la France (le voyage a vraiment été construit sur
mesure en fonction de nos envies et possibilités financières) Arrivés à l’aéroport de Phoenix, nous avons récupéré notre Chrysler de loc et ensuite, c’est on the road ! Grand canyon, Lake Powell, Monument Valley, les parcs de Canyonlands, Capitol reef, Bryce canyon et Zion, une nuit à Las Vegas, la vallée de la mort, Yosemite, une incursion sur la côte Pacifique le temps de prendre un cours de surf et on a fini par 3 jours à San Francisco (où on a rendu notre voiture). A part quelques activités prévues à l’avance, on décidait de notre programme (visites, randos…) au jour le jour. En tout, nous avons traversé 4 Etats : Arizona, Utah, Nevada et Californie

FICHE TECHNIQUE

~10 à 12h de vol depuis Paris CDG (via Atlanta à l’aller, direct au retour) ~je pense que nous sommes partis à la saison idéale : beaucoup moins de touristes, certains tarifs plus abordables, une chaleur nettement plus supportable en Arizona, pas trop tard pour pouvoir encore profiter de la Sierra Nevada avant les grosses chutes de neige

~8 à 10h de décalage horaire, certains états sont à « Mountain Time », d’autres à « Pacific Time », il y a l’heure d’été sauf en Arizona qui reste à la même heure (mais pas dans les réserves indiennes… il faut
savoir où on est quand on réserve une visite !!

~pas de visas si on a un passeport biométrique (ou comme moi une antiquité d’avant octobre 2005…) mais il faut faire sur internet une demande d’ESTA qui coûte quelques dollars

~mêmes vaccins qu’en France, l’occasion de vérifier si on est à jour !

 

LES +

~les paysages !!! chaque jour, on voit quelque chose d’encore plus beau que la veille

~les sentiers de rando dans las parcs nationaux sont hyper bien balisés et entretenus, les rangers sont une mine de renseignements !

~les Américains sont très ouverts et sympas, ils engagent assez facilement la conversation

 

LES -

~même si les routes sont en excellent état et souvent toutes droites,on avale quand même des km et c’est un peu fatigant de devoir refaire les valises presque tous les jours

~les motels sont assez impersonnels, on aurait aimé pouvoir rencontrer un peu plus les gens et discuter avec eux de leur façon de vivre…

 

BUDGET
Vu que le voyage était notre cadeau de mariage, on s’est un peu lâchés ! Avion, voiture, hôtels et activités compris, on en a eu pour un peu plus de 6000 euros. Il faut compter en plus les repas… et le shopping !

CONSEILS

Voyageurs du Monde est conventionnée avec 1001 listes. Ca nous a permis de ne pas avancer les frais du voyage, on a fait le chèque final 2 jours après le mariage, après avoir encaissé la « cagnotte »,
plutôt cool !

Petit (gros ?) craquage pour le tour en hélico au dessus de Grand Canyon… c’est cher mais ça en vaut la peine ! Autre coup de cœur pour Mystere, le spectacle du Cirque du Soleil vu à las Vegas, 1000 fois mieux que les casinos ! Enfin, San Francisco mérite plus qu’un détour, on y serait bien resté 2 jours de plus !

Tout aux Etats-Unis est à une autre échelle qu’en Europe, y compris les assiettes au resto ! Le plus souvent, on commandait un plat et une salade et on partageait, ça suffisait amplement !

Merci Joséphine !

Si vous aussi, comme Joséphine vous souhaitez témoigner dans cette rubrique, maintenant ou plus tard (quand vous serez rentré(e) de voyage de noce, par exemple), écrivez moi à thebridenextdoor (a) gmail.com !

Pour consulter les autres destinations, cliquez ici.

DIY : pompons en napperons de papier

Certains d’entre vous l’auront peut être remarqué, j’ai une légère obsession pour les napperons depuis quelques temps. Il faut dire que j’ai un stock de 500 à écouler et que  je trouve ça tellement joli et pas cher, ce qu’on peut faire avec, que je suis ravie chaque fois que je trouve une nouvelle utilisation.

Donc aujourd’hui, voyons comment fabriquer des pompons en napperon.

Pour cela il vous faut :

– 9 napperons en papier de la taille du pompon que vous souhaitez

– de la colle

– un ruban

 

Pliez un napperon en deux sans marquer le pli…

…et encore en deux…

…toujours sans marquer le pli, ce qui doit donner ceci.

Collez-le sur un napperon (ici j’ai mis du scotch double face car je n’avais pas de colle)

Répétez l’opération une deuxième fois…

…puis une troisième puis une quatrième.

Recommencez depuis le début pour obtenir un deuxième ensemble.

Collez vos deux ensembles dos à dos en prenant entre les deux un ruban plié en deux qui vous servira à accrocher votre pompon.

Joli, non ?